Le leurre des oméga-3

L'étude que viennent de publier des chercheurs grecs dans le Journal of the American Medical Association remet en cause les vertus supposées des oméga-3.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Ces acides gras, dits « essentiels » car notre organisme ne peut les synthétiser en quantité suffisante par rapport à ses besoins, se trouvent dans certaines algues et poissons ainsi que dans les graines et l’huile de lin. La mention « riche en oméga-3 » figure en bonne place sur de nombreux produits alimentaires (margarine, boissons, petits pots pour bébés, …), avec un rappel des vertus attribuées à ces substances, notamment leur efficacité en matière de prévention des troubles cardiovasculaires. Un argument marketing qui semble efficace puisque le marché mondial des produits et compléments alimentaires enrichis en oméga-3 dépassait dix milliards d’euros en 2011 et continue à progresser de 15 à 20 % par an. Des sociétés spécialisées dans la production d’oméga-3 à partir d’algues ou de poissons ont été crées. Elles font actuellement l’objet de tentatives de rachats à prix d’or, comme la société canadienne ONC, qui vient d’être acquise pour 420 millions d’euros.

Or les essais cliniques sur les oméga-3 donnent des résultats mitigés et parfois contradictoires. Aux États-Unis, la toute puissante Food and Drug Administration a autorisé leur prescription chez les personnes ayant un taux de triglycérides (corps gras) trop élevé. En France l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a accordé leur autorisation de mise sur le marché en traitement secondaire pour prévenir la récidive de l’infarctus du myocarde. Mais les chercheurs de l’université de Ioannina (Grèce), qui ont compilé une vingtaine d’études évaluant l’effet préventif des oméga-3, concluent que la « supplémentation » alimentaire en oméga-3 « n’est pas associée à un risque diminué de mortalité, toutes causes confondues, de décès d’origine cardiaque, de mort subite, de décès après infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral ».

Même si certaines études suggèrent un effet protecteur modeste, il est clair que cet effet a été largement surestimé dans les messages publicitaires vantant les vertus des oméga-3.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?