Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Le fret ferroviaire plus mal en point en France qu'ailleurs en Europe

le - - Actualité - Europe

Le fret ferroviaire plus mal en point en France qu'ailleurs en Europe
© Padfoot

Le transport de marchandises par rail en France accuse, à lui seul, la moitié des cinq milliards de pertes cumulées en cinq ans par ce secteur d'activité dans sept pays européens, selon une étude récemment publiée.

"Les pertes cumulées du fret ferroviaire dans sept pays d'Europe entre 2007 et 2011 s'élèvent à cinq milliards d'euros dont 2,5 milliards pour la France", a expliqué une source qui a précisé que l'étude porte sur la France, l'Allemagne, la Suisse, laBelgique, les Pays-Bas, l'Espagne et l'Italie.

L'étude, qui a été présentée au conseil d'administration de la SNCF, indique que les sept pays ont tous enregistré des pertes, plus ou moins importantes, sur l'ensemble de la période.

Elle montre toutefois des disparités entre les pays qui ont introduit des mesures incitatives en matière de report modal (de la route vers le rail), comme la Suisse et l'Allemagne, et les autres.

La Suisse et l’Allemagne ont mis en place depuis plusieurs années des dispositifs de redevance ou de restriction de circulation pour les poids-lourds.

Parallèlement les deux pays ont limité leurs pertes en matière de fret ferroviaire, à environ 100 millions d'euros pour l'Allemagne et à 260 millions pour la Suisse, sur les sept années étudiées.

L’Allemagne qui a ouvert son marché à la concurrence il y a 20 ans compte, par ailleurs, plusieurs centaines d'opérateurs ferroviaires différents pour le transport du fret qui se partagent 20% du marché national.

A titre de comparaison, il n'y a qu'une vingtaine d'opérateurs en France depuis 2006, qui ont déjà absorbé 30% du marché.

A la SNCF, on invoque le fait que "les nouveaux entrants ont, sans surprise, jeté leur dévolu sur les flux massifs, qui restent les plus rentables, plutôt que sur les flux locaux". L'entreprise publique met aussi en avant le fait que ses cheminots "sont moins polyvalents que leurs homologues de la concurrence".

Le groupe se fixe toutefois l'objectif ambitieux de ramener à l'équilibre en 2014 sa filiale de Fret ferroviaire (Fret SNCF) chroniquement déficitaire.

Dans ce contexte, les syndicats ont dénoncé jeudi la suppression prévue en 2013 de plus d'un millier d'emplois supplémentaires, essentiellement dans le fret qui "continue sa spirale de déclin" soulignant qu'en cinq ans, plus de 5.500 emplois ont disparu dans cette activité.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer