AccueilDroitActualité du droitLe droit à l’erreur en matière fiscale, attention aux conditions

Le droit à l’erreur en matière fiscale, attention aux conditions

Les entreprises, comme les particuliers, peuvent bénéficier du « droit à l’erreur ». Le groupe de travail Fiscal de Walter France rappelle le contexte de cette mesure et en explique les limites.
Le droit à l’erreur en matière fiscale, attention aux conditions
© Adobe Stock

DroitActualité du droit Publié le ,

C’est en 2018 que la loi « pour un Etat au service d’une société de confiance » est entrée en vigueur. Depuis lors, 450 000 droits à l’erreur ont été accordés. Autant dire que les entreprises ont tout intérêt à connaître les principes généraux du droit à l’erreur.

Le droit à l’erreur, qu’est-ce que c’est ?

Le droit à l’erreur permet de régulariser une erreur commise dans une déclaration à l’administration sans être sanctionné. Il repose a priori sur le principe de bonne foi puisque c’est à l’administration de démontrer la mauvaise foi du contribuable, car la charge de la preuve est inversée.

Mais attention, ce droit n’est pas automatique. Trois conditions sont nécessaires pour en bénéficier :

- il doit s’agir d’une erreur matérielle et d’un premier manquement

- il faut régulariser sa situation de sa propre initiative ou à la demande de l’administration, et bien évidemment dans le délai indiqué

- être de bonne foi.

Des exclusions évidentes

Toutefois, certaines erreurs ne pourront jamais rentrer dans le cadre du droit à l’erreur :

  • En cas de mauvaise foi ou de fraude
  • En cas de négligence grave
  • En cas de sanction pénale
  • En cas d’atteinte à la santé publique, à l’environnement, à la sécurité des personnes ou des biens
  • Lorsque la sanction est prévue par le droit de l’Union européenne.

Ce que le droit à l’erreur n’est pas

Ce n’est pas une possibilité systématique de se tromper, car ce droit ne s’applique ni aux récidivistes, ni aux fraudeurs. Ce n’est pas non plus un droit au retard, car les retards ou omissions de déclaration dans les délais prescrits n’entrent pas dans son champ d’application.

La liste des erreurs les plus fréquentes peut être consultée sur le site : oups.gouv.fr.

Le plus sage reste tout de même d’être organisé dans sa gestion administrative et de ne pas hésiter à se faire conseiller par des professionnels.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

Journal du 02 septembre 2022

Journal du02 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?