Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Le chèque cadeau pour redynamiser le commerce et relancer la consommation

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Le chèque cadeau pour redynamiser le commerce et relancer la consommation
@ DR

Afin de relancer la consommation, lesVitrines de France, la Fédération nationale des centres-villes organise, avec les Chambres de commerce et d'industrie (CCI) et les associations de commerçants, le déploiement de ventes de chèques cadeaux, à dépenser dans les commerces de villes.

Les Vitrines de France ont développé le système de chèque-cadeau, mis en place depuis 2007 et vers lequel se sont tournés plus d'une centaine de ses adhérents.

Constatant, lors de la première semaine de déconfinement, une lente reprise de la consommation dans les commerces de centre-ville, et notamment dans ceux de l'équipement de la personne, les Vitrines de France ont donc proposé aux villes, aux CCI et aux associations de commerçants de se tourner vers ce dispositif et de vendre des chèques-cadeaux aux consommateurs et aux entreprises pour leurs salariés.

Deux cas de figure

Le consommateur intéressé pourra donc acheter directement à l'association de commerçants locale des chèques cadeaux abondés par les partenaires de l'opération : la ville, la CCI et l'association de commerçants. A titre d'exemple, si un consommateur achète 100 euros de chèques cadeaux, il reçoit un bonus de 20, 50, voire 100 euros de chèques cadeaux supplémentaires à dépenser dans les commerces de centre-ville

Autre cas de figure, celui où l'entreprise offre des chèques cadeaux à ses salariés. Parce que la législation URSSAF permet que ces chèques cadeaux soient exonérés de charges à l'occasion de certains événements festifs et familiaux et dans la limite de 171 euros par salarié et par évènement, la Fédération demande à ce que ces chèques cadeaux soient, de la même façon, exonérés exceptionnellement de charges sociales pour faire face à la crise. Dans ce cas-ci aussi, ces chèques cadeaux pourraient être abondés par les partenaires.

Ce sont donc plusieurs millions d'euros qui pourraient être dépensés dans les commerces de chaque ville afin de relancer un peu la consommation. Un courrier en ce sens a d'ailleurs été adressé à la secrétaire d'Etat au commerce.

La Fédération ajoute enfin que l'intérêt de ce système, par rapport à une prime salariale, est une dépense très rapide dans les commerces et non pas une épargne de précaution, vers laquelle les consommateurs ont tendance à se tourner en ce moment.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer