Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Lancement des états généraux de l'alimentation

le - - Actualité

Lancement des états généraux de l'alimentation
©Pixabay

Promesse tenue. Annoncés dès sa campagne présidentielle, les états généraux de l'alimentation initiés par le président de la République Emmanuel Macron ont débuté le 20 juillet dernier, au ministère de l'Économie. Bien qu'absent pour leur lancement, il a été remplacé au pied levé par Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture.

De quoi s'agit-il ? D'un vaste projet destiné à ouvrir la réflexion et à consulter l'avis des citoyens afin de tenter de sortir de la crise agricole. Les ambitions annoncées par le Gouvernement visent principalement à payer les agriculteurs au prix juste afin qu'ils puissent vivre dignement de leur travail et à augmenter la qualité de l'alimentation sur fond de transition écologique.

Cinq cent responsables de l'industrie agroalimentaire, des ONG environnementales et de l'agriculture étaient rassemblés à Bercy. Dans le même temps, une grande consultation publique a été lancée via le site web gouvernemental. Les citoyens ont jusqu'à la fin du mois d'octobre pour contribuer, échanger, interagir sur des sujets qui les concernent de près. Par ailleurs, 14 ateliers thématiques se dérouleront entre la fin du mois d'août et la fin du mois de novembre.

Le Premier ministre Édouard Philippe a inauguré les travaux en appelant les entreprises de la filière alimentaire à « relever des défis ». Citant Fernand Braudel et « La terre qui meurt » de René Bazin, il a déclaré « certains les qualifieraient de faiblesses. Je préfère le mot de défis. Une faiblesse, ça se constate, ça se déplore, ça se compense. Un défi, ça se relève ». Il explique la réunion des différents acteurs par la nécessité de travailler ensemble. « S'il y a une chose que la mondialisation a changé, c'est qu'on ne peut plus combattre en ordre dispersé. Il faut s'organiser ». Or, selon lui, « notre efficacité collective laisse à désirer ». Il a donc insisté sur le rôle à jouer de toutes les parties prenantes des états généraux : « l'État est une partie prenante parmi d'autres. Une partie éminente, incontournable, mais une partie parmi d'autres ».






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer