AccueilVie des entreprisesLa vie des entrepreneurs en ces temps de crise sanitaire

La vie des entrepreneurs en ces temps de crise sanitaire

La Maison des entrepreneurs dévoile les résultats de son enquête sur l'état d'esprit, les craintes, les espoirs, les impacts et les actions des entrepreneurs et patrons français en cette période de crise du Covid-19.
La vie des entrepreneurs en ces temps de crise sanitaire
@ DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Depuis plus d'un mois maintenant, les entreprises françaises vivent les conséquences de la crise du Covid-19, et ce de différentes manières : certaines sont à l'arrêt ou encore en forte perte d'activité quand d'autres sont en hyper croissance. Tous les entrepreneurs et patrons d'entreprises, quel que soit leur secteur d'activité, ont dû agir très vite, s'organiser, changer leurs façons de travailler et de manager et tout mettre en œuvre pour survivre à la crise.

La Maison des Entrepreneurs, « hub » collaboratif de 100 entrepreneurs ayant tous vendu au moins une de leur société et unissant et partageant leur expérience, leurs projets et leurs moyens financiers, révèle leur état d'esprit actuel, leurs réactions et actions, les aides et supports qu'ils ont activés pour gérer cette situation inédite, mais aussi leurs craintes et leurs espoirs.

La Maison des Entrepreneurs a donc publié les résultats de son enquête menée sur l'ensemble du territoire français et à laquelle ont répondu 312 entrepreneurs et patrons d'entreprises, de 18 ans et plus, durant la période du 15 au 19 avril 2020, toutes tailles d'entreprises confondues.

Profil des répondants

Il ressort de l'enquête que 9,6 % des répondants sont des indépendants, 34,1 % sont des patrons d'entreprises de moins de 10 salariés, 37,9 % d'entreprises de 10 à 100 salariés et 18,4 % d'entreprises de plus de 100 salariés. Leurs chiffres d'affaires 2019 vont entre moins de 500 milles euros pour 26,6 % des répondants et jusque plus de 100 millions d'euros, pour 5,1 % des répondants.

La majorité des répondants ont entre 30 et 60 ans : 49,7 % ont entre 41 et 50 ans, 28,7 % entre 51 et 60 ans et 13,4 % ont entre 31 et 40 ans.

Par ailleurs, tous les secteurs d'activité sont représentés au sein de cette enquête, les services aux entreprises, les services informatiques et logiciels, mais aussi les agences web, publicités et marketing ou encore la banque, assurance, finance étant toutefois prépondérants.

Fort impact de deux mois de confinement sur le chiffre d'affaires

Le confinement et ses conséquences sur les comportements d'achat des Français ont eu un impact direct sur le chiffre d'affaires de certaines entreprises, impact très hétérogène selon les entreprises et leur secteur d'activité.

Ainsi, 32,6 % des entreprises ont gardé un chiffre d'affaires stable à plus ou moins 20 % près, 63,5 % ont vu leur chiffre d'affaires baisser fortement (43,7 % à plus de moitié et 12,7 % ont même perdu plus de 9 0% de celui d'origine) et seules 3,9 % ont vu leur chiffre d'affaires grimper.

Une plus forte charge de travail

Les entrepreneurs constatent également un impact de la crise sanitaire et du confinement sur leur charge de travail actuelle. Cependant, les inégalités restent grandes. En effet, 47,5 % d'entre eux travaillent plus que d'habitude, 23,8 % travaillant même sans interruption, mais 28,8 % disent travailler moins, 7,9 % précisant être à l'arrêt complet, et 23,7 % travaillent comme à l'accoutumée.

La procédure de chômage partiel largement plébiscitée

L'enquête met en avant le franc succès du chômage partiel parmi les aides mises en place par l'État face à la crise du Covid-19, plébiscité par près de 70 % des répondants.

Parmi les entrepreneurs ayant fait une demande de chômage partiel, 24,8 %, soit la majorité de ceux qui ont fait une demande, ont placé entre la moitié et trois quart de leurs salariés en chômage partiel, 22,9 % y ont placé entre trois quart et la totalité de leurs salariés, 20 % y ont placé entre un quart et la moitié de leurs salariés, 17,1 % y ont placé moins d'un quart de leurs salariés et 15,2 % y ont placé tous leurs salariés.

Les plus grands supports des entrepreneurs pendant la crise

Face à cette crise sanitaire exceptionnelle, les entrepreneurs n'ont pas hésité à solliciter les aides extérieures mises à leur disposition. C'est ainsi que 59,8 % d'entre eux ont sollicité de l'aide auprès de leurs équipes, 49,1 % auprès de leur famille, 44,38 % ont fait appel à l'entraide entre entrepreneurs, 37,3% ont demandé de l'aide auprès de leurs clients, 23,7 % se sont tournés vers les aides de l'État et 11,2 % vers la BPI.

L'enquête révèle également que 24,3 % ont sollicité de l'aide auprès des actionnaires, 18,3 % auprès de leur expert-comptable et 13,6 % auprès de leur banque, quand d'autres, très minoritaires, ont préféré prendre des informations sur internet, auprès de leurs fournisseurs ou encore d'avocats.

Principales craintes au quotidien

Tant l'économie que les comportements des Français et leur état d'esprit ont été bouleversés par la crise du Covid-19, qui a pu rebattre les cartes au sein des entreprises et de leur écosystème. S'intéressant aux principales craintes actuelles des entrepreneurs, l'enquête dévoile que, pour 40,4% d'entre eux, la première inquiétude est liée aux inquiétudes et aux baisses de moral des salariés.

vient ensuite, pour 38,7 % d'entre eux, une crainte quant à leur capacité à créer des opportunités business, quant à leur trésorerie au quotidien (34,8 %) et quant à la perte de clients (31,1 %).

Par ailleurs, 27,3 % craignent pour la survie de leur société, 19,9. % s'inquiètent de devoir potentiellement licencier potentiel des salariés après la crise et 11,2 % de ne pas tenir eux-mêmes sur le plan psychologique.

Optimisme et envie de surmonter la crise

La gravité de la crise et ses multiples conséquences n'ont majoritairement pas impacté l'esprit d'entreprendre et le goût du risque des entrepreneurs, qui gardent optimisme et espoir. Ainsi, 62 % restent motivés pour surmonter la crise et 31,6 % sont excités par les nouveaux enjeux et impacts à venir pour leur société. A contrario, 11,1 % sont pessimistes et 3,5 % perdus, sans repère ou déprimés.

Toutefois, ils sont presque unanimement persuadés d'avoir une chance de surmonter la crise : 49,4 % sont sûrs à 100 % de surmonter la crise, 45 % pensent avoir plus d'une chance sur deux, quand 5,6 % pensent avoir moins d'une chance sur deux de la surmonter. A noter qu'aucun des répondants ne pensent avoir aucune chance.

Les impacts de la crise sur leur société

Bien que tous les répondants n'aient pas subi les mêmes impacts économiques, tous les répondants, sans exception, sont convaincus que la crise va créer des changements durables au sein de leur société.

Pour 63,8 % d'entre eux, il s'agira de nouvelles façons de travailler (et notamment de télétravailler), de nouvelles opportunités business pour 55 %, d'une adaptation de la stratégie de l'entreprise pour 45,6 %, d'une digitalisation renforcée pour 41,3% mais également d'un renforcement du sens donné à leur business pour 33,8 %, d'une nouvelle posture de management pour 13,1 %, de l'apparition de nouveaux fournisseurs ou de potentiels licenciements pour 10,6 %.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?