AccueilEntrepriseLa région Île-de-France soutient la recherche

La région Île-de-France soutient la recherche

Devant l'importance du potentiel scientifique du territoire francilien, la Région souhaite développer une politique de soutien, en cohérence avec l'orientation nationale.
La région Île-de-France soutient la recherche
© Région IDF

Entreprise Publié le ,

Soutenir l’emploi scientifique

L’Île-de-France est riche de ses 26 000 doctorants. Elle concentre 40% des inscriptions françaises en doctorat. Mais l’attractivité des carrières scientifiques est aujourd’hui fragilisée. La raison est bien connue : les difficultés que rencontrent ces « cerveaux » après l’obtention de leur thèse. Qu’il s’agisse de soutenir les doctorants, de soutenir l’emploi scientifique, de s’engager pour la reconnaissance du doctorat, la Région Île-de-France a décidé d’agir.

Grâce à des allocations de recherche, au financement des post-doctorats des étudiants et à deux dispositifs bien rodés : les séminaires Doctoriales et le Nouveau Chapitre de la thèse.

Renforcer la mise en réseau des chercheurs

En matière de recherche, l’Île-de-France est forte de domaines d’excellence du meilleur niveau mondial. C’est le cas, par exemple, dans les sciences du vivant, de la santé et de l’environnement. Mais la clé, pour exprimer pleinement son potentiel ou renforcer sa visibilité internationale, est dans la coordination et la coopération des acteurs.

La recherche francilienne en réseau

Les Domaines d’intérêt majeurs (DIM) sont des réseaux de recherche mis en place autour de thématiques stratégiques. Le soutien régional, dans le cadre des DIM, permet le financement de projets d’équipements d’un DIM (ou mutualisé entre plusieurs d’entre eux) ; d’allocations de recherche ; de chaires de retour ; de l’animation du réseau ; de manifestations scientifiques.

Sesame est le plus ancien dispositif de soutien à la recherche mis en place par la Région (1993). Il vise à soutenir les projets novateurs des laboratoires, nécessitant un investissement matériel important.

La logique de réseau est particulièrement forte dans le domaine des lettres et sciences humaines et sociales. La Région souhaite encourager la structuration et la dynamisation de la recherche dans ces champs, en soutenant les Maisons des sciences de l’homme et les Instituts d’études avancées.

Le soutien à l’ouverture à l’international de la recherche francilienne

A l’heure actuelle, la Région cofinance avec l’État les chaires Blaise-Pascal, des chaires internationales de recherche de très haut niveau qui permettent aux établissements franciliens d’accueillir des chercheurs étrangers de toutes disciplines. Elle soutient par ailleurs l’accueil des chercheurs en mobilité scientifique et encourage les coopérations internationales universitaires et scientifiques ainsi que les projets européens. Elle finance également des manifestations d’envergure internationale et/ou d’intérêt régional, sur des thématiques non couvertes dans le cadre du soutien apporté aux Domaines d’intérêt majeur.

Automobile, aéronautique, mécanique : l’union fait la force

Face à la crise qui frappe l’industrie en particulier, la Région a décidé de renforcer les passerelles entre les filières.

Les élus régionaux viennent d’adopter une série de mesures destinées à soutenir les industries automobile, aéronautique et mécanique, fortement touchées par la crise.

Constatant que de nombreuses passerelles existent entre ces activités et que leur consolidation est une des solutions pour leur permettre de surmonter leurs difficultés, la Région a fait le choix d’une approche interfilières. Toutes les entreprises qui occupent ces créneaux traditionnels ont un vrai savoir-faire dans la conception et la réalisation de prototypes, dans l’usinage, le moulage et le revêtement de matériaux, les circuits et équipements électroniques.

Ce plan interfilières vise donc à décloisonner ces industries, à encourager les stratégies de rapprochement et à faciliter l’accès aux donneurs d’ordre pour les PME-PMI, tout en favorisant la transition écologique et sociale.

Cette mobilisation s’inscrit dans la durée : entre 2009 et 2011, la Région a ainsi consacré 4,2 millions d’euros aux plans filières contractés avec l’État pour venir en aide à ces secteurs stratégiques qui représentent, à eux trois, 41% du total des emplois industriels en Île-de-France.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?