AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisLa précarité énergétique plus aiguë à la campagne

La précarité énergétique plus aiguë à la campagne

Les Français les plus vulnérables à la hausse des prix de l'énergie sont ceux qui vivent dans des petites villes et à la campagne, qui souffrent à la fois d'un habitat ancien et d'un éloignement des commerces et services, selon une étude du Credoc.
La précarité énergétique plus aiguë à la campagne

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Alors que la précarité énergétique est le plus souvent définie en France comme la difficulté à régler les dépenses d'énergie liées au seul logement (chauffage, éclairage...), le Credoc juge nécessaire d'y lier la question des frais de mobilité (voiture ou transports en commun), via la notion de "coût résidentiel". Si l'on combine ces facteurs, "les Français les plus vulnérables au renchérissement du coût des énergies sont ceux qui cumulent un habitat à mauvaise efficacité thermique et un éloignement des commerces et services", souligne le Credoc.

Car "si se loger dans les grands centres urbains coûte plus cher, la contrainte du recours à la voiture individuelle y est nettement moindre", alors qu'"à l'opposé, résider dans les zones périurbaines éloignées des centres oblige à rajouter au prix du logement un budget véhicules et carburants élevé".

D'autant que, "plus on s'éloigne des centres urbains pour trouver à se loger moins cher, plus on a de chances d'occuper des logements anciens insuffisamment isolés et/ou chauffés avec des systèmes onéreux parce que peu performants", estime le Centre, qui préconise d'orienter les politiques énergétiques selon une "vision systémique" des dépenses d'énergie des ménages.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?