AccueilActualitéLa polémique du «genre»

La polémique du «genre»

Actualité Publié le ,

Les nouveaux programmes de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) pour les classes de première et terminale ont introduit, depuis un an, l'étude de la «théorie du genre». Ce concept, esquissé dans les années 1970 par des philosophes français comme Gilles Deleuze, Jacques Derrida ou Michel Foucault, a été théorisé en 1990 par la féministe américaine Judith Butler dans son ouvrage Gender Trouble. Très à la mode dans les universités américaines, la théorie du genre commence à trouver un écho dans le milieu universitaire hexagonal : Judith Butler vient de se voir décerner le titre de docteur honoris causa de l'Université Bordeaux II. Pour les tenants de cette thèse, l'identité sexuelle est avant tout une construction culturelle. Ils minimisent l'importance des différences biologiques sexuelles et considèrent que cette identité n'est pas donnée à la naissance de l'individu, mais se construit tout au long de la vie dans une interaction constante entre le biologique et le contexte socioculturel. Identité sexuelle et orientation sexuelle sont alors totalement déconnectées et il n'existe plus de complémentarité naturelle entre les sexes. La théorie du genre fait découler la prédominance de l'hétérosexualité de la pression sociétale. Judith Butler préconise donc de «dissocier la société de sa matrice hétérosexuelle».Des associations familiales catholiques ont protesté contre l'introduction dans des manuels scolaires de cette théorie qui remet en cause les fondements de notre société. Les adeptes du genre tentent de trouver des justifications scientifiques. C'est ainsi qu'ils excipent d'une étude, menée à Hambourg, montrant que le pourcentage d'adolescents ayant des pratiques homosexuelles est passé de 18 % en 1970, période d'effervescence en matière de libération sexuelle, à 2 % vingt ans plus tard, après la découverte du Sida. Ils en déduisent que l'homosexualité se développe d'autant mieux que la société l'accueille sans discrimination. Mais il existe une explication bien plus simple : la peur générée par le Sida !La théorie du genre n'a rien de scientifique et ne devrait donc pas être enseignée. L'épreuve du temps permettra d'y voir plus clair et de savoir s'il s'agit d'une trouvaille géniale ou d'un fantasme d'intellectuels.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?