AccueilDroitActualité du droitLa place des juristes en sortie de crise

La place des juristes en sortie de crise

Lors d'une nouvelle édition du webinar Juri Covid-19, organisée par Le Club des Juristes, en partenariat avec LexisNexis, Katia Chassagne, sa directrice de rédaction, et Marc Mossé, président de l'AFJE était l'invité, ont abordé la place des juristes en cette période de sortie de crise.
La place des juristes en sortie de crise
@ DR

DroitActualité du droit Publié le ,

Véritable rendez-vous d'actualité, ce webinar Juri Covid-19 s'est consacré à la place des juristes dans la sortie de la crise sanitaire, avec le regard expert et le témoignage de Marc Mossé, président de l'Association française des juristes d'entreprises (AFJE) et directeur juridique et des affaires publiques chez Microsoft Europe.

Depuis le début de la crise sanitaire, les juristes ont fait face à de nombreux textes et réglementations à mettre en oeuvre, en urgence, sur diverses problématiques, faisant preuve d'une réelle capacité d'adaptation. En cette période de reprise économique, les directions juridiques ont encore beaucoup à faire et se révèlent être des acteurs de premier plan de la sortie de crise.

Des acteurs de la confiance

Pendant la crise, les juristes d'entreprise ont eu un rôle majeur, près de 80 % d'entre eux ont été directement impliqués dans les cellules de crise mises en place par les entreprises.

Ils ont été amenés à travailler en lien direct avec les directions générales. La crise sanitaire a donc affirmé le rôle des juristes dans les plus hautes instances des entreprises.

« Le droit est un outil qui crée de la confiance », telle est la leçon à tirer de cette crise pour l'avenir selon Marc Mossé. Parce que le droit sécurise les rapports tant sociaux que professionnels, il a, avec les juristes pris une place essentielle lors de la crise.

Les juristes se sont mobilisés au cœur des problématiques des entreprises. Ils sont à l'origine d'une initiative solidaire, la Tierce-conciliation, dispositif extra-judiciaire d'urgence menée par Paris Place de Droit qui favorise l'instauration de cette confiance en prévenant les potentiels conflits. Les juristes se sont également mobilisés pour répondre aux sollicitations des entreprises sur des questions de compliance et de conformité, qui ont eu une importance essentielle durant la crise.

Enfin, lors de la crise sanitaire, les droits et libertés ont été questionnés, voire mis en échec. En réaction, les juristes ont formé une communauté, ont été au cœur de la réponse à la crise, au cœur de l'invention de nouvelles solutions. Pour cette raison, il est primordial que les juristes se fassent entendre et restent les garants des équilibres de l'Etat de droit. « C'est un enseignement dont on devra tirer toutes les leçons collectivement », a t'il conclut.

Vigilance accru en sortie de crise

Pour organiser l'après-crise, les juristes doivent contrôler un certain nombre de points d'attention. Parmi eux, la conformité, sujet majeur de sécurisation des opérations des entreprises et de leur réputation, nécessite beaucoup de vigilance. Les juristes doivent travailler avec tous les autres acteurs de l'entreprise, comme la direction des achats, les directions financières etc. Les juristes peuvent tenir un « rôle d'orchestration » tout à fait essentiel.

Autres sujets d'attention que les juristes ne peuvent négliger, ceux du traitement des données personnelles et de la cybersécurité.

La reprise du travail pose également de nombreuses questions, en droit du travail ou encore en responsabilité pénale des personnes morales ou des dirigeants, pour lesquelles les juristes seront fortement sollicités et devront anticiper.

Une telle vigilance nécessite un dialogue social de qualité, pour permettre à l'entreprise de fonctionner correctement, et également une réflexion sur la continuité de mise en oeuvre du télétravail et des nouvelles méthodes de travail et de management.

« Dans les semaines et mois qui viennent, nous auront à la fois des enjeux de l'immédiat et des questions à moyen et long terme, pour sécuriser l'environnement des entreprises », a résumé Marc Mossé. Et ce sont les juristes, par leur capacité de dialogue avec toutes les parties prenantes, qui permettront aux entreprises de s'insérer dans leur nouvel environnement.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

Journal du 24 décembre 2021

Journal du24 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?