Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

La moitié des Français fait une croix sur une marque dont la e-réputation est entachée

le - - Droit - Actualité du droit

La moitié des Français fait une croix sur une marque dont la e-réputation est entachée
© DR

Alors qu'un Français sur trois considère que la liberté d'expression est sans limite sur les réseaux sociaux, Havas Paris et le cabinet d'avocats August Debouzy unissent leurs forces pour défendre la réputation des entreprises et de leurs dirigeants.

À l'heure où les réseaux sociaux et autres plateformes d'expression publique permettent à tous de créer, publier et partager librement toutes sortes de contenus et d'opinions, Havas Paris et August Debouzy s'associent pour accompagner les entreprises et leurs dirigeants dans la défense de leur e-réputation. Comme le révèle un sondage IFOP pour Havas Paris et August Debouzy, les Français témoignent d'une certaine méconnaissance des règles de droit sur les réseaux sociaux. Pourtant, sensibles aux dérives grandissantes, ils souhaitent plus de régulation.

Au cours des douze derniers mois, 68% des Français ont utilisé Internet pour exprimer une opinion sur un sujet d'actualité et 55% d'entre eux (66% chez les moins de 35 ans) ont publié un avis sur des entreprises, des marques ou des services. L'étude révèle que 42% des Français utilisent les réseaux sociaux dans le but d'influencer les autres. Un chiffre qui monte à 54% chez les moins de 35 ans. Des outils qu'ils utilisent principalement pour s'exprimer sur les produits ou les services d'une entreprise tant pour signaler leur insatisfaction (86%) que pour en vanter les mérites (82%).

Les réseaux sociaux, une zone de non-droit ?

Un Français sur deux considère qu'il a plutôt le droit de dire publiquement tout ce qu'il veut au sujet d'une marque, d'une entreprise ou d'un dirigeant. Plus alarmant encore, un Français sur trois considère qu'il n'y a aucune règle à respecter lorsqu'il s'exprime sur les réseaux sociaux, et donc que la liberté d'expression y serait sans limite.

En cas de crise, le silence est une option risquée pour les entreprises, puisque 65% des Français attendent d'elles qu'elles s'expliquent ou s'excusent rapidement. Un souhait de transparence et de réactivité qui ne suffit pas toujours à endiguer la crise. Ainsi, 47 % des Français ont déjà renoncé à acheter un produit ou un service d'une marque suite à une atteinte à sa réputation. Un chiffre qui monte à 59 % chez les 18/24 ans.

Les Français sont 74% à considérer avoir déjà été exposés à des « fake news ». Ils souhaitent d'ailleurs à 86 % que la récente loi anti « fake news », cantonnée aux périodes électorales, soit étendue à d'autres domaines comme l'économie, l'immigration, l'alimentation, l'environnement ou le climat. Ils sont également 87% à être favorables à l'adoption d'une loi qui viendrait durcir la responsabilité des hébergeurs.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer