Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

La France voit la crise du logement neuf s'agraver

le - - Immobilier

Le ministère du Logement annonce de très mauvais chiffres pour la construction neuve de logements, certains tombant même sous leur niveau d'il y a 20 ans, au moment de la plus grave crise immobilière.

"Jamais depuis un quart de siècle et la création de l'outil statistique mensuel un mois d'août n'avait enregistré un aussi petit nombre (7 896) de mises en chantier de logements neufs collectifs", souligne Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest et spécialiste du secteur. Le total des mises en chantier de logements neufs, chiffre clé de la santé du secteur, a baissé pour sa part de 10,3 % pour la période allant de juin à août 2012, comparé à la même période en 2011, selon le ministère du Logement. Depuis 1997, jamais un mois d'août n'avait été aussi mauvais pour le total des mises en chantier. "Entre décembre 2011 et août 2012, le nombre de logements commencés a été divisé par deux et demi. C'est du jamais vu", constate M. Mouillart. Sur les 12 derniers mois (de septembre 2011 à août 2012), avec 341 838 logements commencés, les mises en chantier tombent, pour la première fois depuis longtemps, dans le "rouge" avec une baisse de 2,6 % par rapport aux 12 mois précédents.

Fortes disparités régionales

Mais il existe de fortes disparités régionales. Le plongeon pour les constructions (y compris sur bâtiment existant) est très fort pour certaines régions: Languedoc-Roussillon (-25,2 %), Champagne-Ardenne (-20,9 %), Aquitaine (-18,8 %), Pays de la Loire (-18,7 %) et Centre (-17,6 %). Par contre certaines autres sont en plein "boom" : Corse (+64,1 %), Île-de-France (+22,4 %) et surtout Provence-Alpes-Côte d'Azur (près de 100 % de hausse). Les raisons sont toujours les mêmes : montée du chômage, interrogations sur le pouvoir d'achat et baisse des crédits et des aides publiques au secteur. Sur l'ensemble de l'ensemble de l'année 2012 et même en 2013, le nombre de logements commencés devrait être de 310 000 selon M. Mouillart, soit une chute de 19 % par rapport à 2011 (378 600), très loin de l'objectif de 500 000 logements neuf par an, dont 150 000 sociaux, fixé par François Hollande. Le dispositif annoncé récemment par la ministre du Logement Cécile Duflot pour remplacer l'an prochain le "Scellier" pour les investisseurs achetant des logements neufs pour les louer devrait, selon M. Mouillart, permettre la vente de 20 000 à 25 000 logements, contre 30 000 cette année, alors que le gouvernement table sur 40.000. "Les décisions prises aujourd'hui n'auront pas d'effet avant la mi-2014", souligne M. Mouillart. Surtout que le logement locatif social est toujours "en panne" avec seulement 31 567 demandes d'agrément accordés par l'administration pour les sept premiers mois de l'année.




Jean-Paul VIART
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer