AccueilEntrepriseVie des entreprisesLa France et la Lituanie « prêtes à créer plus de licornes ensemble »

La France et la Lituanie « prêtes à créer plus de licornes ensemble »

Un forum d’affaires franco-lituanien a été organisé au Medef, en présence de la Première ministre, Ingrida Šimonyte, et de la ministre de l’Économie, Aušrine Armonaite.
Forum d’affaires franco lituanien
© AP - Forum d’affaires franco lituanien

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Son économie stable et ouverte, sa particulière résistance à la pandémie, son système bancaire performant, son secteur industriel diversifié… Pour le Medef, les atouts de la Lituanie sont nombreux. Le pays est aussi considéré par le syndicat patronal comme un centre d’excellence en ce qui concerne les fintechs, la cybersécurité, et l’e-business. Au-delà, le programme gouvernemental du pays est apprécié en ce qu’il est jugé propice aux investissements étrangers et à la création de « synergies européennes fortes ». Du côté de la France, des coopérations sont envisageables en matière de transition écologique et énergétique, d’ingénierie et d’innovation industrielle, d’économie maritime, de fintech et de cybersécurité. Du côté de la Lituanie, la France a toujours été considérée comme l'un de ses partenaires les plus « importants, stratégiques et fiables ». L’Hexagone est d’ailleurs le marché prioritaire d'exportation et d'innovation pour la Lituanie et se positionne en tête de son classement des nations les plus attrayantes pour les investissements étrangers. Tous ces sujets ont été abordés lors du Forum d’affaires France-Lituanie, organisé dernièrement dans le contexte de la célébration du centenaire des relations diplomatiques entre les deux pays.

Marquer un anniversaire

« Ce forum est l'occasion de marquer avec un peu d'avance cet anniversaire symbolique et de réaffirmer notre volonté commune d'approfondir nos relations, notamment sur le plan économique », a introduit Olivier Becht, ministre délégué chargé du Commerce extérieur, indiquant espérer que ce forum, organisé par le Medef International conjointement avec l’Ambassade de France, puisse « achever de convaincre » les dirigeants lituaniens de continuer à commercer avec les entreprises françaises et d’investir en France. « Nos relations bilatérales sont robustes et ne cessent de se densifier dans tous les domaines », a poursuivi le ministre délégué, rappelant la tenue, il y a presque deux ans jour pour jour, d’un forum similaire à Vilnius, en marge de la visite officielle du président de la République en Lituanie.

Comme Olivier Becht l’a également rappelé, la France et la Lituanie partagent un attachement profond à l'Union européenne et à ses valeurs. Les deux pays ont aussi promu le plan de relance post-crise. Le ministre délégué à par ailleurs cité l’ambition climatique et la souveraineté numérique à l’échelle européenne. « Nous travaillons dans ces domaines main dans la main et nous entendons bien progresser davantage », a-t-il indiqué.

Les deux pays sont aussi, dans le « contexte grave de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, à l'unisson dans leur soutien dans la durée à l'Ukraine agressée ». « Nous ne pouvons que nous réjouir que l'Union européenne, à cette occasion, ait pu démontrer son unité, sa capacité à s'affirmer et à répondre dans l'urgence », a souligné Olivier Becht.

La France et la Lituanie partagent également la même vision concernant le travail à mener pour limiter les conséquences néfastes du conflit sur les citoyens et les acteurs économiques. En matière de politique commerciale, laquelle étant à un « tournant », le ministre délégué a notamment évoqué la nécessité de diversifier les sources d’approvisionnements et les marchés. « Dans le même temps, nous devons veiller à ce que notre politique commerciale soit conforme à nos objectifs en matière d'environnement et de développement durable, comme le demandent les citoyens européens. Je crois que nous partageons, Lituaniens et Français, la même version sur ces sujets », a assuré Olivier Becht.

Le ministre délégué est aussi revenu sur les pratiques économiques coercitives, actuellement en « constante augmentation ». La Lituanie a en effet été elle-même victime de mesures prises par la Chine, sous la forme de sanctions informelles, en fin d’année dernière. Aussi, Olivier Becht a « réitéré son soutien » à la Lituanie face à ces mesures qui ont « démontré le besoin essentiel d'avoir une coordination et une capacité européenne forte afin de protéger nos économies, nos entreprises et nos sociétés ».

Des échanges commerciaux solides

Au-delà, les échanges commerciaux entre la France et la Lituanie ont connu une « reprise spectaculaire en 2021 de l’ordre de + 16,7 % et ont même dépassé le niveau d’avant-pandémie avec des échanges supérieurs à 1,5 milliard d’euros. « L’intensité de nos relations d'investissement démontre bien la confiance et l'intérêt permanent que portent nos entreprises pour le marché lituanien, et ce, malgré les crises à répétition », a poursuivi le ministre, avant de remercier sincèrement les participants à ce forum ayant contribué à fonder cette relation et à la faire vivre.

Les deux pays entendent bien poursuivre ces efforts, Olivier Becht ayant indiqué espérer le lancement de nouveaux projets d’investissement en Lituanie et en France dans les secteurs d’avenir. Le projet Rail Baltica est particulièrement emblématique en la matière. Cette voie ferroviaire de 870 km reliera les capitales de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie au reste de l’Europe via Varsovie. Elle sera l’occasion d’arrimer symboliquement et définitivement les pays baltes au sein de l’UE.

Concernant les secteurs d’intérêt pour les entreprises françaises, Olivier Becht a souhaité revenir en particulier sur les fintechs, un secteur offrant « de nombreuses opportunités de coopération et permettant des échanges d’expériences. La Lituanie est aussi engagée dans un effort de structuration de sa politique de soutien à son écosystème de start-up similaires à ce que la France a mis en place depuis une dizaine d'années. Nous sommes prêts, au travers de Bpifrance notamment, à partager cette expérience avec la Lituanie », a poursuivi le ministre, suggérant aux pépites françaises dans le secteur des énergies renouvelables de « regarder de près les opportunités qui pourraient découler du développement du solaire et éolienne en Lituanie ».

Des licornes à développer

De son côté, la Lituanie a identifié deux secteurs stratégiques pour attirer les investissements français, à savoir les entreprises des sciences du vivant (biotechnologies et med-tech) et les entreprises de hautes technologies et de technologies plus traditionnelles. « La Lituanie est ouverte et prête à faire tout le nécessaire pour faire de la coopération économique franco-lituanienne un succès », a ensuite déclaré Ingrida Šimonyte, Première ministre de la République de Lituanie. La cheffe de l’exécutif lituanien a ensuite été accueillie par la Première ministre Élisabeth Borne, pour évoquer notamment les partenariats stratégiques entre les deux pays.

Aušrine Armonaite, ministre de l’Économie et de l’Innovation, a notamment insisté de son côté sur les forces de la Lituanie, comme le développement facilité des usines et de la production industrielle, et ce, grâce à des procédures allégées, à une aide importante de la part des institutions et à l’une des digitalisations les plus avancées au monde.

« La réussite commerciale est possible dans une Europe unie et indépendante. L'histoire de l’entreprise Vinted a commencé en Lituanie, mais après s'être étendue en France, elle est devenue la première licorne lituanienne. Créons plus de licornes ensemble ! », a ajouté la ministre lituanienne de l’Économie.

Après avoir donc échangé sur les évolutions ainsi que sur les opportunités d’investissements porteurs en Lituanie (infrastructures, énergies, transport, FinTech, aménagement urbain, économie maritime) auxquels les entreprises françaises peuvent être associées, les participants au forum ont assisté à un panorama des perspectives économiques et des dispositifs incitatifs lituaniens.

Pour clôturer ce rendez-vous, les dirigeants ont participé à trois tables-rondes spécialement dédiées, l’occasion d’évoquer la soutenabilité et la transition verte, mais aussi la transformation digitale et l’économie maritime.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?