AccueilImmobilierLa FNAIM du Grand Paris interpelle les candidats aux municipales

La FNAIM du Grand Paris interpelle les candidats aux municipales

Dans le cadre du récent forum Paris Capitale Economique, Gilles Ricour de Bourgies, président de la FNAIM du Grand Paris est revenu sur le rôle majeur joué par les maires dans le domaine du logement. A l'occasion du débat pour les élections municipales, la FNAIM du Grand Paris tient à rappeler l'importance des engagements pris sur le terrain du logement.
La FNAIM du Grand Paris interpelle les candidats aux municipales
FNAIM du Grand Paris

Immobilier Publié le ,

« Première région française en termes de PIB, le Grand Paris est aussi la plus dense et celle où la pénurie de logement est la plus criante : elle connaît un déficit cumulé de plus de 210 000 logements depuis 2000. Alors que l’objectif de construire 70 000 logements par an est unanimement reconnu comme nécessaire par les professionnels et les autorités, seulement la moitié sont construits chaque année. Les spécificités du Grand Paris, et en premier lieu le logement, n’offrent pas la possibilité d’appliquer des mesures globales. « A ce tire, il ne faudrait pas verrouiller un marché francilien qui réclame davantage de fluidité et de confiance ainsi qu’une approche locale et des engagements forts », prévient Gilles Ricour de Bourgies.
Si l’on prend l’exemple de Paris, Anne Hidaldo et Nathalie Kosciusko Morizet semblent en effet avoir entendu les difficultés des Franciliens vis-à-vis du logement et ont prononcé des mesures fortes dans ce sens, dont la création de 10 000 logements pour la première et le doublement de la production annuelle de logements pour la seconde. Les futurs maires devraient bénéficier des avancées telles que la Métropole de Paris, qui prévoit la création des plans locaux d’urbanisme intercommunal, la création de l’Agence Foncière de la Région Parisienne ainsi que la mise en place des contrats de développement territorial et de la territorialisation de l’offre de logements. Au-delà des chiffres et de ces premières réponses, la problématique du logement francilien ne sera entièrement résolue que lorsqu’elle associera pleinement les acteurs de terrain dont les agents immobiliers. Les candidates Anne Hidaldo et Nathalie Kosciusko Morizet ont compris l’intérêt d’associer le secteur privé au logement social, pour la première, ou de favoriser le logement des classes moyennes, pour la seconde. Selon Gilles Ricour de Bourgies, « pour que la crise du logement soit résolue au plus vite, il faut se concentrer dès à présent avec les autorités locales sur quelques pistes d’actions concrètes. Tout d’abord réduire les coûts de construction pour faciliter la location et l’accession à la propriété. Ensuite, réduire la fiscalité sur l’immobilier pour desserrer l’étau qui asphyxie les propriétaires ou rebute les prétendants à la propriété. Enfin, réformer l’accession au parc de logement social et du 1 % logement en mobilisant plus largement l’investissement des propriétaires privés, ce que propose la FNAIM du Grand Paris à travers le bail solidaire. »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?