AccueilActualitéLa FFE sur ses grands chevaux

La FFE sur ses grands chevaux

Ce sont les injonctions de Bruxelles au Gouvernement français qui plongent le monde équin dans un désarroi non feint. L'envergure de la lutte est à la hauteur du traumatisme.

Actualité Publié le ,

Depuis des semaines, la Fédération française d’équitation tente d’infléchir la décision, catastrophique pour elle, de voir la TVA attachée au secteur passer de 7 à 20 % au 1er janvier 2014. Cette somme de particularismes qui fait aujourd’hui la fiscalité hexagonale a parfois des conséquences terribles. En l’occurrence, pour Serge Lecomte, le président de la FFE, cette flambée fiscale va avoir « des répercussions préjudiciables », notamment la disparition de 2 000 poneys-clubs, la perte de quelque 6 000 emplois et la mise au rebus de plus de 80 000 poneys et chevaux. Comme le précise la fédération : « l’Etat chiffre à 30 millions d’euros les nouvelles rentrées fiscales ». Il faut pourtant déduire de cette manne les conséquences financières de la disparition des emplois et des entreprises... Au terme de nombreuses manifestations, le Sénat s’est ému de la situation. Sous l’impulsion l’ex-ministre des Sports, Chantal Jouanno, il a adopté un amendement dans le cadre du Projet de loi de finances pour 2014 visant à appliquer une TVA à taux réduit de 5,5 % pour « les prestations de services correspondant exclusivement au droit d’utilisation des installations équestres utilisées à des fins d’activités physiques et sportives ». Pour la FFE, il s’agit là d’un signal fort…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?