AccueilEntrepriseVie des entreprisesLa culture d’entreprise, levier majeur de l’hypercroissance

La culture d’entreprise, levier majeur de l’hypercroissance

D’après une étude consacrée aux entreprises en hypercroissance, réalisée par KPMG France, cabinet d’audit et de conseil, et Croissance Plus, le réseau des entrepreneurs de croissance, l’enjeu serait dans la culture d’entreprise.
La culture d’entreprise, levier majeur de l’hypercroissance
© Adobe Stock

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Les résultats exploités par KPMG France et Croissance Plus proviennent d’une enquête de terrain réalisée entre le 15 novembre et le 30 décembre 2021 auprès de 57 dirigeants d’entreprises françaises de plus de 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021 ayant connu une croissance annuelle moyenne minimum de 15 % sur les trois ou quatre derniers exercices. L’étude analyse les fondamentaux de ces entreprises capables d’opérer des développements puissants dans la durée. Parmi les facteurs qui semblent avoir un impact sur cette croissance impressionnante, on trouve notamment la culture d’entreprise mais aussi l’Environnement social et gouvernance (ESG).

L’ESG intégré au business model

La culture d’entreprise est le premier facteur de l’hypercroissance dans les entreprises concernées, suivi de la dimension ESG. De ce fait, nombreuses sont les entreprises qui intègrent cette dimension, comme celles d’impact ou de durabilité, au sein de leur business model. De ce fait, 58% des répondants ont affirmé qu’une démarche de Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) figurait dans leur stratégie d’entreprise. 21% des répondants envisagent même de devenir “société à mission”, bien qu’ils reconnaissent la nécessité d’être accompagnés dans ces démarches.

« Capacité de résilience et volonté d’innover pour une hypercroissance durable, les entrepreneurs sont plus que jamais mobilisés pour construire une société qui allie performance économique et responsabilité sociale, sociétale et environnementale », explique Thibault Bechetoille, président de Croissance Plus.

Une culture d’entreprise solide

Le panel d’entreprises sondées lors de l’enquête démontre que l’un des éléments fondamentaux de la croissance est notamment la gestion des talents, couplée à une culture d’entreprise qui soude les équipes et intègre tous les collaborateurs. La capacité d’attraction et de rétention des talents est un enjeu prioritaire pour 38% des sondés, pour que leur activité suive la même trajectoire de croissance. Ainsi, pour 58 % des sondés, il est prioritaire d’instaurer un intéressement au capital des meilleurs éléments, par exemple en ayant recours aux bons de souscription de parts de créateur d’entreprise, dits BSPCE.

Ces entreprises en hypercroissance ont d’ailleurs particulièrement bien résisté à la crise sanitaire puisque 8 dirigeants sur 10 indiquent ne pas avoir modifié ou adapté leur business model pour survivre à la crise et 39 % sont parvenus à conquérir de nouveaux clients.

Le business model, un atout de taille

Dans le contexte de crise, ces entreprises ce sont appuyés sur plusieurs atouts que sont un business model solide, qui s’appuie notamment sur l’innovation et la digitalisation de leur organisation. Et pour maintenir un rythme de croissance élevé, 97% des dirigeants interrogés misent sur un renforcement de leur activité dans les deux prochaines années en France, tandis que 65% mettent l’appui sur l’international, dont 87 % au sein de la zone euro. Selon cette étude, si les entreprises en hypercroissance ont relativement peu souffert de la crise sanitaire, c’est grâce à l’excellence de leur pilotage reposant sur la croissance organique et l’autofinancement, des facteurs privilégiés par plus de six dirigeants sur dix.

En outre, les seuls freins au développement de ces dernières résident dans les difficultés de recrutements actuelles, couplées au contexte international particulièrement tendu depuis le début de la guerre en Ukraine.

« Dans ce monde complexe et instable, les leviers de l’hypercroissance restent inchangés : capacité d’innovation, gouvernance ouverte et culture d’entreprise constituent des fondamentaux solides. Résilients, ces entrepreneurs mobilisés pour un avenir durable, démontrent qu’une autre conception de l’entreprise émerge et font de la préservation de l’environnement, du rôle social et sociétal des critères de performance, au même titre que le développement économique. », a ajouté Jérôme Kieffer, associé, membre du Directoire, directeur général de KPMG France.

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?