AccueilActualitéLa crise, catalyseur d'intégration

La crise, catalyseur d'intégration

Actualité Publié le ,

La perspective d'un gouffre financier capable d'engloutir, à plus ou moins longue échéance, le Vieux Monde semble avoir des vertus bénéfiques sur le rythme et la qualité de l'intégration. Au Parlement de Strasbourg, José Manuel Barroso souhaite à tout crin ouvrir les yeux de quelques capitales rétives quant à l'urgence de l'action : «Nous sommes à un moment crucial de l'intégration européenne. (…) Nous devons avoir un cap et le maintenir.» Le président de la Commission européenne souhaite «mettre en place des pare-feux financiers, réformer le secteur bancaire et construire une union budgétaire.» José Manuel Barroso fait référence à de nouveaux instruments de discipline, à l'instar du «two pack» législatif en gestation, visant à renforcer largement les pouvoirs de la Commission européenne dans l'examen des budgets des états membres. De son côté, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, plaide pour que la Banque centrale européenne et les banques centrales qui lui sont affiliées deviennent la «colonne vertébrale» de la future Union bancaire qui semble se dessiner. Pour lui, la crise montre «qu'il y a de nombreux avantages à conserver la supervision bancaire près de la Banque centrale européenne», précisant que la création de cette autorité unifiée de supervision constituait la «condition préalable» à la mise en place d'un fonds unique de garantie des dépôts bancaires. Christian Noyer relève qu'un tel fonds aurait «un pouvoir de feu massif», recevant le produit d'une taxe versée par toutes les banques et empruntant sur les marchés.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?