Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

La cosmétique française, deuxième secteur exportateur de France

le - - Entreprise - Vie des entreprises

La cosmétique française, deuxième secteur exportateur de France
@ DR

Les chiffres 2019 des Douanes récemment publiés font état de la performance durable de l'industrie cosmétique à l'international, grâce à laquelle la filière se positionne comme deuxième secteur exportateur de France, derrière l'aéronautique.

Les chiffres du commerce extérieur de la France pour 2019 révèlent une forte progression de la filière des cosmétiques français, qu'elle a amorcée depuis une dizaine d'années.

Avec une augmentation de 9 % par rapport à 2018, elle est désormais le deuxième contributeur du commerce extérieur français. Une performance à l'export qui permet à la filière de détenir 23 % des parts de marché mondiales et qui prouve que le « made in France » est un atout essentiel pour l'économie française.

Un montant d'exportation équivalent à 150 Airbus

Avec 15,7 milliards d'euros de produits exportés, soit l'équivalent de 150 Airbus, l'industrie cosmétique permet à la France de conserver sa place de leader mondial dans ce secteur. Avec de tels résultats, la filière se place au deuxième rang des secteurs d'exportation en France, après l'aéronautique.

Au total, c'est plus de 50 % de la production de cosmétiques qui est exportée, cette activité d'export nécessitant l'emploi, pour elle seule, de 130 000 hommes et femmes dans l'Hexagone.

Des produits plébiscités à l'international

La cosmétique française est très appréciée dans le monde entier. L'Europe est la première région d'exportation du monde, suivie des États-Unis et de l'Asie, dont la part a spectaculairement progressé : les exportations vers la Chine ont augmenté de 48 %, classant le pays au 4e rang des destinations des produits cosmétiques français, de même que celles vers la Corée du Sud (+26 %) et Singapour (+16 %). C'est ainsi qu'un produit sur cinq est vendu sur le continent asiatique.

Parmi les produits les mieux vendus à l'export, ceux de soins de la peau arrivent en tête et représentent plus de 7,3 milliards d'euros, soit une progression de 46 % depuis ces cinq dernières années. Viennent ensuite les parfums et eaux de toilettes, dont les ventes, d'environ 4,8 milliards d'euros, ont progressé de 23 % en cinq ans.

Enfin, le maquillage des lèvres reste très apprécié, sa vente ayant progressé de 80 % en cinq ans, pour atteindre un montant total de 730 millions d'euros.

Innovation et dynamisme de la filière

La filière cosmétique est forte d'un dynamisme qui lui permet de renouveler plus d'un tiers de ses produits chaque année. Elle est également particulièrement innovante, tant du côté de ses produits et de leur personnalisation que du packaging.

En effet, la cosmétique française s'est engagée en faveur d'une démarche qualitative en reformulant ses produits pour y intégrer des ingrédients naturels et biologiques, satisfaisant ainsi une des principales attentes des consommateurs. Dans cette optique, les marques, qui ont également saisi l'importance de la personnalisation, se sont lancées dans cette tendance en proposant des produits toujours plus adaptés aux différents besoins individuels et aux différents contextes d'utilisation.

Enfin, s'agissant du packaging, la filière cosmétique s'est orientée vers l'éco-conception, en réduisant le poids et la taille des emballages et en privilégiant les matières durables, recyclées, végétales, les contenants rechargeables etc.

Des fondations solides, la clé du succès

Depuis 2013, les exportations de la filière progressent de 10 % par an en moyenne, en raison, notamment, d'un écosystème performant, et ce à tous les échelons.

La France est leader dans la recherche et la distribution : le pays compte des ingénieurs et chercheurs français à l'excellence reconnue et la recherche et développement (R & D) de ce secteur est la plus performante de France, avec 3,6 brevets déposés par million d'euros dépensé.

La France excelle également dans le processus de distribution, grâce à la complémentarité des quatre réseaux qu'elle possède (GMS, pharmacies, parfumeries et salons) qui permettent aux marques de développer des gammes spécifiques performantes dans chacun de ces quatre formats.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer