AccueilDroitLa construction du nouveau palais de justice de Paris est lancée

La construction du nouveau palais de justice de Paris est lancée

La première pierre du nouveau palais de justice de Paris a été posée ce mercredi 6 mai. Ce nouveau bâtiment, dans le quartier des Batignolles (17e arrondissement) doit permettre de regrouper l'ensemble du Tribunal de grande instance de Paris et des juridictions de première instance de la capitale.
La construction du nouveau palais de justice de Paris est lancée
© Laurent BLOSSIER / RPBW

Droit Publié le ,

Créer une véritable « cité judiciaire » de 120 000 mètres carrés dans Paris « un lieu civique de partage et de valeurs », tel était le défi lancé à Renzo Piano, architecte du palais à qui l’on doit déjà Beaubourg. Le bâtiment, qui devrait voir le jour à l’horizon 2017, a été inauguré en présence de Christiane Taubira, ministre de la Justice, d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, de l’architecte, des représentants de Bouygues et de sa filiale Arelia, maître d’ouvrage et d’autres personnalités hauts-magistrats, policiers et élus locaux. À son achèvement, il s’élèvera comme le deuxième plus haut bâtiment de la capitale, culminant à 160 mètres, derrière la Tour Montparnasse.

Sous la forme d’une tour, il comportera trois niveaux de sous-sol pour les parkings, les archives, les locaux de la souricière (locaux d’attente gardée) et les installations techniques. L’accueil du parvis se fera sur un parvis de 6000 mètres carrés qui donnera accès au socle du bâtiment, abritant 40 guichets et 90 salles d’audience dont deux ultrasécurisées. Jusqu’à 9000 personnes sont attendues chaque jour dont 2000 travaillant dans les locaux. Les étages supérieurs logeront les services du parquet, de l’instruction et de la présidence.

Le célèbre 36, quai des Orfèvres va aussi se vider de ses occupants : les locaux de la Police judiciaire déménagent aux Batignolles dans 30 000 mètres carrés. Comme le pôle financier de l’actuel palais de Justice, le pôle de la nationalité, les locaux des scellés ainsi que les tribunaux d’instances, jusque-là sur l’île de la Cité (Ier et IVe arrondissement). Une Maison de l’ordre des avocats (MODA) de 6000 mètres carrés doit aussi voir le jour dans le bâtiment. Seuls resteront à leur place actuelle, pour des raisons « historiques », les cours d’appel et de cassation, les tribunaux de commerce et les prud’hommes.

Le nouveau TGI devrait rentrer en service à la fin 2017 mais la station de métro du Grand-Paris prolongeant les lignes 13 et 14 ne devrait rentrer en fonction qu’en 2019. Cette pose de la première pierre correspond au début des travaux de gros-œuvre. Des années de controverses et batailles procédurales avaient durant huit mois bloqué les travaux, commencés à l’été 2013. Une association « La justice dans la cité » avait tenté de faire annuler le contrat et déposé recours mais ils ont finalement été déboutés en octobre 2014 et le contrat a alors été validé. Si le projet remonte aux années 1990, il aura fallu attendre 2009 pour que Nicolas Sarkozy, alors président de la République, accepte de céder le terrain qui avait accueilli en 1924 le village olympique.

Le coût de l’opération devrait dépasser les 2 milliards mais aucun chiffre précis n’a pour l’instant été donné. Selon plusieurs sources proches du dossier, le total devrait avoisiner les 2,4 milliards d’euros. Le financement est assuré par un partenariat public-privé, décidé en février 2012 et confié au groupe Bouygues. Le groupe va prendre en charge le financement de la construction (environ 700 millions d’euros brut) puis l’entretien et la maintenance pendant 27 ans (environ 700 millions d’euros bruts également). Durant cette période, l’État versera un loyer à Bouygues avant de devenir, à terme, propriétaire de l’édifice.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?