AccueilActualité du droitLa confraternité, notre force vive

La confraternité, notre force vive

Aujourd'hui, l'éthique est partout : les politiques, les journalistes, les scientifiques. Mais c'est indiscutablement dans la famille judiciaire qu'elle est la plus présente. Parce que la déontologie a toujours été un marqueur de la spécificité judiciaire.
La confraternité, notre force vive
D.R.

DroitActualité du droit Publié le ,

« Je jure, comme avocat, d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité », la vie d'un avocat s'ouvre avec ce serment qui l'accompagnera toute sa carrière.

L'article 1er du Règlement intérieur national de la profession d'avocat dispose que l'avocat doit respecter, dans l'exercice de ses fonctions, des principes essentiels : les principes d'honneur, de loyauté, de désintéressement, de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie. Ce même article prévoit que la méconnaissance d'un de ces principes constitue une faute pouvant entraîner une sanction disciplinaire. Les manquements au principe de confraternité se sont multipliés ces dernières années et affectent également d'autres principes par ricochet.
La confraternité est la pierre angulaire de la profession. L'avocat se doit d'agir dans le respect du serment qu'il a prêté.

La confraternité s'apprend et doit se transmettre.

Les jeunes avocats manifestent la considération que l'on porte aux plus anciens, les plus anciens font preuve de bienveillance et de sollicitude envers les plus jeunes.
Les hommes et les femmes doivent se respecter et se montrer plus solidaires. Les discriminations doivent être identifiées et sévèrement sanctionnées.
Un sentiment d'appartenance, de solidarité entre membres d'une même profession et le sentiment de fierté d'appartenir à un Ordre sont les maîtres mots de notre profession.
Le statut de l'avocat (avec les diversités d'exercice qu'il comporte) et notre déontologie doivent évoluer pour que la profession puisse s'adapter et se moderniser, tout en restant garante des valeurs qui la consacrent.

La robe noire, notre symbole, est la même pour tous.

Deux candidats au bâtonnat 2016, ont fait de la confraternité un sujet majeur de leur campagne, et se sont engagés pour que « vive notre confraternité » tant dans notre pratique quotidienne que durant les mandats électifs pour lesquels ils sont candidats. Leur ambition : que le bâtonnier et le vice-bâtonnier demeurent les juges de la confraternité et que l'Ordre en soit le vigilant gardien en formant mieux encore les confrères, en facilitant l'apprentissage des règles et en sanctionnant les manquements. Chaque avocat doit pouvoir trouver sa place dans un environnement où les pressions sont de plus en plus nombreuses. Ces engagements sont fondamentaux pour la profession. La confraternité doit rester le socle commun à tous les avocats dans leur exercice quotidien, elle est l'avenir et la force de notre profession.
C'est pourquoi nous, jeunes avocats inscrits au barreau de Paris, soutenons la candidature d'Olivier Cousi et Nathalie Roret au bâtonnat de Paris.

Par Adeline Pétré, Bérengère Peyrat, Hannelore Schmidt, Stéphane de Navacelle.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?