Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

La confiance entre entreprises fortement impactée par la crise

le - - Entreprise - Vie des entreprises

La confiance entre entreprises fortement impactée par la crise

Le cabinet de recouvrement français Rubypayeur présente des chiffres concrets sur les changements de comportements provoqués par la crise actuelle vis à vis des délais de paiement entre entreprises françaises qui atteignent 672 milliards par an, représentant ainsi leur première source de financement.

Cette étude récente est établie sur la base de 4000 entreprises françaises (toutes tailles et tous secteurs), et dresse un « avant-après » Covid-19. Elle fait ressortir les principaux éléments suivants :

✓Le nombre de procédures de recouvrement explose

✓La défiance entre entrepreneurs est aujourd'hui 6 fois plus forte qu'avant crise

✓Les régions les plus touchées par les impayés (IdF, AURA, PACA et Hauts-de-France) sont celles qui ont été le plus touchées par la crise sanitaire

✓Conseil, Informatique et Commerce sont les 3 secteurs les plus touchés

Explosion du nombre de procédures de recouvrement

Par rapport au niveau d'activité normal (mois de février), on constate que le nombre de procédures de mise en recouvrement a très fortement augmenté depuis le confinement.

Le pic est atteint en avril, mois durant lequel les entreprises ont multiplié par 8 le montant qu'elles ont mis en recouvrement.

Depuis le déconfinement, la reprise progressive de l'activité a permis d'assainir la situation mais le volume de mise en recouvrement reste à ce jour six fois plus élevé qu'en période normale.

Forte augmentation de la rétention de trésorerie

Durant la crise sanitaire les entreprises ont opéré une franche rétention de trésorerie en refusant de régler leur facture à leurs créanciers.

Entre février et avril, on constate ainsi un écroulement du taux de succès des paiements en phase amiable (30 % vs 80 % en temps normal).

Depuis la reprise d'activité, la rétention de trésorerie a nettement diminué mais elle reste tout de même à un niveau 20 % plus élevé qu'en période normale.

La confiance inter-entreprises impactée

Jusqu'en mars 2020, les entreprises attendaient en moyenne 118 jours pour faire appel au service de recouvrement de Rubypayeur. Ce délai extrêmement important traduit à la fois un certain dilettantisme des entreprises françaises dans le recouvrement mais aussi, de manière plus positive, la confiance qu'elles s'accordent entres-elles.

Dès mars 2020, ce délai a été réduit par deux, les entreprises n'attendant plus que 60 jours pour faire appel au service recouvrement. Le pic de la défiance a même été atteint durant le mois d'avril au cours duquel les entreprises lançaient des procédures de recouvrement 10 jours à peine après l'échéance de leur facture.

Avec la reprise d'activité, la confiance inter-entreprises s'est améliorée mais elle reste tout de même fragile puisque les nombre de jour avant la mise en recouvrement est de 65 jours, soit deux fois moins longtemps qu'habituellement.

PACA, AURA et Hauts-de-France, les 3 régions les plus touchées après l'IdF

Sans surprise, le volume des impayés est le plus fort en Ile-de-France (IdF) et Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) qui sont les deux régions qui comptent le plus d'entreprises en France.

En revanche, on note que les régions qui ont été les plus touchées sur le plan sanitaire sont également celles qui sont le plus touchées par la crise des impayées! Ainsi, les Hauts-de-France, Le Grand Est et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) sont surreprésentées par rapport à leur poids économique.

Un effet de cascade sur certains secteurs d'activité

Les entreprises qui ont le plus de mal à honorer leurs factures sont en toute logique celles qui ont le plus souffert du confinement. Ainsi, les entreprises des secteurs du commerce et de l'hôtellerie restauration représentent à elles seules un tiers des factures impayées.

Par ailleurs, deux secteurs souffrent particulièrement des impayés : le conseil et le secteur de l'informatique. Deux secteurs au sein desquels évoluent de nombreux indépendants et TPE qui sont aujourd'hui particulièrement fragiles en termes de trésorerie.

Enfin, si on compare les Top 5 des créanciers et celui des débiteurs, on voit clairement que les secteurs sont quasiment identiques ce qui illustre pleinement le cercle vicieux (effet de cascade) provoqué par la crise actuelle.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer