Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Charte « entreprises & quartiers » : une seconde chance pour les jeunes en difficulté

le - - Actualité

Charte « entreprises & quartiers » : une seconde chance pour les jeunes en difficulté
AP - Les jeunes participants au pacte de seconde chance avec les signataires

Neuf entreprises et un partenaire ont récemment signé, à la préfecture de la région d'Ile-de-France, la charte « entreprises & quartiers » qui propose un pacte de seconde chance pour aider des jeunes sous mains de justice, ou en probation, sous qualifiés et en situation de délinquance, avec un fort risque de récidive, à réintégrer la vie professionnelle.

« Le deal c'est qu'on oublie ce que le jeune a fait auparavant. On lui tend la main et on essaye de construire quelque chose avec lui. On l'accompagne pour qu'il obtienne un travail », lance Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France, préfet de Paris.

Pour la première fois dans la région, neuf entreprises et un partenaire associé ont signé la charte « Entreprises & quartiers » en faveur de l'emploi et du soutien à l'entreprenariat dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, avec les services de l'État.

Carrefour, EDF, la Fondation TF1, Galeries Lafayette, Gest'n Sport Sécurité, Lidl, Randstad, RATP, Simplon.co (école du numérique), et enfin l'Adie (association pour le droit et l'initiative économique), ont participé au pacte de seconde chance. Ils s'engagent à accompagner les jeunes sous mains de justice et en zone de sécurité prioritaire (ZSP), à la formation ou à l'emploi durable.

Ce pacte s'adresse à 18 jeunes, âgés de 18 à 25 ans, vivants dans les trois quartiers classés en zone de sécurité prioritaire (la Goutte-d'Or, 18e ardt de Paris, Riquet / Stalingrad, 19e ardt et les Portes du Vingtième, 20e ardt.). Le but de cette charte est de restaurer la cohésion sociale grâce à un partenariat efficace permettant à ces jeunes éloignés du monde du travail de mettre un pied dans le monde de l'entreprise en leur offrant, un stage, un CDD, ou un coaching…

« Quand on est dans la panade, on cumule tout, donc il faut les aider à démarrer sereinement. »

En plus de l'accompagnement apporté par l'entreprise, le suivi du jeune et de son parcours est assuré par une structure de proximité, appelée Cellule emploi. Elle est présidée par un membre du corps préfectoral, assisté par deux délégués du préfet, et des services de l'État (Direccte, Mission locale, Pôle emploi). Une Cellule emploi est installée dans chaque ZSP.

La préfecture accompagne également ces jeunes financièrement. « S'il faut payer le pass navigo, une mobylette ou même un loyer, on s'en occupe. Quand on est dans la panade, on cumule tout donc il faut les aider à démarrer sereinement dans le monde du travail », précise le préfet. « L'objectif est d'aider une vingtaine de jeunes chaque année à sortir de leurs soucis judiciaires pour qu'ils trouvent un travail », ajoute-t-il.

Neuf entreprises et un partenaire associé ont décidé de relever le défi pour accompagner ces jeunes

Carrefour fait partie du pacte de seconde chance et s'engage à employer six jeunes en stage. S'ils souhaitent continuer, l'entreprise leur proposera un certificat de qualification professionnel à l'école Carrefour. Et si la distribution leur plaît toujours, leur formation pourra alors déboucher sur un CDI. Carrefour a pour projet d'ouvrir plusieurs magasins en Île-de-France. TF1, également signataire, propose des alternances auprès de ces jeunes. Tous les métiers de l'entreprise sont concernés. « Ça fait 9 ans qu'on recrute des promotions de 13 jeunes. La moitié est embauchée chez nous et le reste est recruté à l'extérieur », explique la déléguée générale Samira.

Gest'n sport, société de sécurité privée spécialisée dans l'événementiel, installée au Stade de France, a recruté deux jeunes il y a 6 mois dans le cadre du pacte de seconde chance. « Les deux jeunes sont très productifs. Ils travaillent sur la partie administrative et sont très opérationnels. Il y a eu des petits problèmes d'assiduité le matin mais maintenant tout est réglé », raconte le président-directeur général de la société.

Arthur fait partie de ces jeunes qui cherchent à intégrer le pacte de seconde chance. Il avait rendez-vous à midi pour assister à la signature des chartes et trouver une entreprise. « Le représentant des Galeries Lafayette m'avait l'air assez convaincant. C'est une grosse société et un bel endroit où l'on peut travailler », confie-t-il. Carrefour a également retenu son attention. « Ce sont des sociétés françaises qui sont importantes. Si tu veux avancer, c'est dans des sociétés comme cela qu'il faut commencer à gravir les échelons et avoir une vie normale, comme tout le monde. »






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer