AccueilImmobilierLa FNAIM lance une carte interactive révolutionnaire

La FNAIM lance une carte interactive révolutionnaire

La FNAIM Paris Ile-de-France vient d'améliorer la carte interactive qu'elle propose en ligne depuis quelques mois sur le site de la Maison de l'immobilier, en l'orientant résolument sur le Grand Paris et en ajoutant un critère essentiel : le temps de transport bureau-domicile… l'artisan du projet, Pierre-Antoine Menez, vice-président de la chambre, présente cette réalisation des plus innovantes…
La FNAIM lance une carte interactive révolutionnaire
FNAIM

Immobilier Publié le ,

Affiches Parisiennes : Vous êtes l’artisan de cette notable amélioration de votre carte interactive avec l’apport du temps de transport bureau-domicile si important au moment du choix d’un logement…

Pierre-Antoine Menez : Voilà huit mois que je travaille sur cette approche inédite de la recherche d’un logement. Nous savons que le prix au mètre carré n’est qu’un indicateur de marché. Acheter un logement, ce n’est pas acheter des mètres carrés. C’est pourquoi nous avons voulu lancer cette première cartographie croisant un nombre de pièces et un budget, ce qui représente aujourd’hui le besoin réel des Franciliens. Cet outil interactif s’est à présent enrichi de quatre nouvelles fonctionnalités essentielles : une couverture de toute l’Ile-de-France, Seine-et-Marne mise à part, la matérialisation des futures lignes de transport du Grand Paris, un critère de sélection du temps de transport bureau-domicile et la localisation des agences FNAIM dans la zone de recherche. C’est une carte qui devient ludique et surtout qui fonctionne parfaitement.


A. P. : En identifiant les vrais besoins des Franciliens, vous révélez toutes les opportunités offertes dans le Grand Paris ?

P.-A. M. : Pour la recherche d’un client, nous pouvons faire évoluer, un trajet –une ou deux stations de métro supplémentaires- et un budget –on peut emprunter plus ou moins d’argent sur un temps plus ou moins long. En revanche, le nombre de pièce ne bouge pas. Nous avons donc conçu cette carte avec Patrice de Moncan en pensant « logement », commençant à établir des budgets en nombre de pièces et des zones. Avec l’intégration du temps de transport, nous sommes parvenus à répondre réellement aux attentes des Franciliens. Il suffit de faire une simulation pour voir l’intérêt de cette carte interactive.
Le logement est la troisième préoccupation des Français, après la santé et l’emploi. Et, qu’on le veuille ou non, les véritables professionnels du logement sont les agents immobiliers. Pour avoir un service performant qui devienne un véritable outil pour les futurs acquéreurs, il faut parler des choses réelles.


A. P. : D’où sont issus les prix mentionnés sur cette carte ?

P.-A. M : La plupart des observatoires publiés à ce jour sont basés sur les prix communiqués par les notaires qui sont censés être objectifs –ils le sont– et exhaustifs –ils le sont moins–… Comme les notaires publient des statistiques qui comportent une surface et un prix par zone, tout le monde les compilent et les adaptent. Il n’y a pas un groupement, pas un réseau qui soit aujourd’hui capable de donner une vision objective du marché. S’il y en avait un, ce serait la FNAIM puisque nous sommes les plus nombreux sur le territoire national -12 000 adhérents.
Pour déterminer les prix des appartements et des maisons, pour la grande couronne, nous interrogeons les 2 200 adhérents de la FNAIM Paris Ile-de-France avec qui nous avons identifié et segmenté les micros marchés pour chacun de leur arrondissement ou de leur quartier. Nous avons ainsi identifié 972 zones dans le Grand Paris, toujours hors Seine-et-Marne.
Pour chacune des zones, nous analysons les ventes de chaque adhérent en les différenciant par types d’appartements, de 1 pièce jusqu’à 5 pièces et plus. Auparavant, nous avons déterminé les surfaces moyennes de ces types d’appartements à partir des statistiques communiquées par l’IAURIF. Pour un même type d’appartements, les surfaces diffèrent suivent la zone prise en compte.
Les prix qui sont en ligne aujourd’hui prennent en compte les transactions des trois derniers mois. La carte sera ensuite actualisée tous les six mois.


A. P. : Quelle est l’évolution des prix constatés sur Paris et la Petite Couronne ?

P.-A. M : Schématiquement, par rapport à la précédente vague de l’Observatoire des prix du logement de la FNAIM, il apparaît que les appartements situés dans les zones les plus chères baissent, mais tout en restant les plus chers de leur zone, tandis que ceux des zones les moins chères ont tendance à augmenter.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?