Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'UE mobilisée contre la criminalité financière

le - - Actualité - Europe

L'UE mobilisée contre la criminalité financière
© EU

Après de nombreux scandales financiers, l'Union européenne passe à l'action. Souhaitant muscler son arsenal juridique et législatif contre la criminalité en col blanc, la Commission a présenté mardi 20 juillet un ensemble ambitieux de propositions visant à renforcer les règles de l'Union en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dont la création d'une nouvelle autorité anti-blanchiment chargée de contrôler les organismes financiers à haut risque.

« Nous avons évalué les failles de notre système législatif et nous disons “Trop, c'est trop !” donc nous devenons plus durs vis-à-vis de la criminalité financière », a expliqué Mairead McGuinness, commissaire européenne chargée des services financiers, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Bruxelles mardi 20 juillet dernier.

#UEstopdirtymoney

« On part à la recherche de l'argent sale ! », annonce fièrement le compte Twitter du service finance de la Commission européenne avec l'hashtag "#UEstopdirtymoney" et des visuels mettant en avant le slogan « Des règles européennes plus fortes pour combattre le crime financier », en anglais dans le texte.

Comme le rappelle la stratégie de l'UE pour l'union de la sécurité pour la période 2020-2025, le renforcement du cadre européen en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux contribuera également à protéger les Européens contre le terrorisme et la criminalité organisée.

Au premier plan des mesures proposées par ce paquet législatif inédit, on note la création d'une autorité européenne anti-blanchiment, mais aussi l'instauration d'un plafond de 10 000 euros pour les paiements en espèces dans toute l'Union, l'harmonisation des règles de vigilance et de contrôle des flux financiers par les Etats membres, ou encore la surveillance accrue des crypto-actifs.

« Les cryptomonnaies représentent l'un des moyens les plus récents pour blanchir de l'argent. Nos règles s'appliqueront désormais à l'ensemble de la filière. Nous interdirons tous les portefeuilles de cryptomonnaie anonymes et veillerons à ce que les transferts de crypto-actifs soient traçables », a précisé Mairead McGuinness.

Création accélérée d'une nouvelle autorité anti-blanchiment

« Nous intensifions notre lutte contre la criminalité financière avec une nouvelle Autorité européenne de lutte contre le blanchiment d'argent. Elle surveillera et coordonnera l'action nationale contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Elle renforcera également la coopération entre les cellules de renseignement financier », a twitté la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen.

Afin de voir le jour, cette autorité et ce nouveau corpus législatif doivent maintenant être examinés par le Parlement et le Conseil européens. Ce processus législatif prend souvent plusieurs mois, voire années, mais la Commission compte sur la célérité des institutions qui prennent ce dossier très à cœur.

La future autorité européenne anti-blanchiment devrait être mis en place dès 2024 selon le communiqué de presse de la Commission, et commencera ses travaux de surveillance directe un peu plus tard. Elle serait ainsi pleinement fonctionnelle vers 2026, une fois que la directive aura été transposée et que le nouveau cadre réglementaire commencera à s'appliquer dans tous les Etats membres.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer