AccueilEntrepriseVie des entreprisesL’innovation sur le devant de la scène pour le salon Viva Technology 2022

L’innovation sur le devant de la scène pour le salon Viva Technology 2022

"Vivatech", l’événement numéro un dédié aux startups et à l’innovation en Europe, est de retour pour quatre journées de conférences, talks, pitchs, rencontres et partages au Parc des expositions, porte de Versailles.
Nathan Le Flao, Befc
© AP - Nathan Le Flao, Befc

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Du 15 au 18 juin, nombreuses sont les personnes à porter un badge autour du cou estampillé « Viva Technology » avec nom, prénom et entreprise inscrits dessus. SNCF, La Poste, LVMH, les plus grandes entreprises françaises et européennes se sont donné rendez-vous lors de cet évènement incontournable des technologies de demain. Au Parc des expositions, l’heure est à l’innovation, autant pour les grandes entreprises françaises que pour les collectivités territoriales. OVH, Meta et même la RATP étaient présent sur le salon.

Au rendez-vous de l’innovation

Casque de réalité virtuelle sur les yeux, manettes de jeux vidéo aux mains, le public s’immerge dans cet univers aux allures futuristes. « Vivatech, c’est vraiment l’événement où on peut montrer que La Poste est un lieu d’innovation », explique Vanessa Chocteau, directrice transformation de Docaposte, la branche numérique du groupe La Poste et directrice de l’accélérateur French IoT, également créé par le groupe.

Sur son stand, une prédominance de bleu marine et de jaune moutarde, les couleurs du logo de l’entreprise, et une multitude de mini-stands présentant chacun un projet de start-up à impact avec ses fondateurs. Ces start-up, c’est French IoT qui les accompagne et leur permet de recevoir formation et fiabilité. « Lorsqu’une start-up est rattachée à un grand groupe, elle a tout de suite plus de crédibilité », précise Vanessa Chocteau, affirmant aussi que le salon Viva Technology est un test afin de savoir « si les start-up sont prêtes à avancer de manière autonome », sans l’accélérateur French IoT en somme.

Le groupe La Poste compte parmi les fidèles exposants du salon : depuis 2016 ils n’ont pas manqué une seule édition. Au contraire, c’est l’opportunité pour le groupe et les start-up qu’il accompagne de créer de nouveaux partenariats et d’agrandir son portefeuille clients. Avec 102 startups accélérées depuis la création de French IoT « dont 92 % existent toujours », l’accélérateur est une vraie réussite, et le groupe le met particulièrement en avant. Sans compter sur les partenariats que certains projets accélérés ont pu signer avec le groupe La Poste, une opportunité sans égale que 40 des start-up accompagnées ont pu expérimenter. C’est par exemple le cas de Welco, qui travaille avec les services de livraison de colis comme Chronopost et DPD.

© AP - Vanessa Chocteau, groupe La Poste

A chacun ses start-up

Chez les habitués du salon on trouve aussi Engie. Idem que le groupe La Poste, l’entreprise n’a pas manqué une seule édition du salon, question de visibilité. « Sur ce stand, vous trouverez tout ce qui touche à l’innovation chez Engie », présente Stéphane Quéré, directeur des écosystèmes du groupe. Électricité renouvelable, gaz renouvelable, technologies digitales, « nous pensons que pour arriver à la transition énergétique tout n’existe pas et il faut inventer », explique le directeur. Alors Engie investit avec son fonds Engie News Ventures pour aider les start-up à se lancer, développe des projets issus de la recherche de l’entreprise ou de ses travaux. C’est ainsi que la plateforme de recherce et développement (R&D) Gaya a vu le jour, elle qui étudie comment créer du gaz vert à partir de déchets non recyclables. Ou que Zebra, le projet qui a permis de réaliser la première pale éolienne 100 % recyclable, s’est développé. Pour Stéphane Quéré, ce n’est pas un hasard si la transition écologique et énergétique est au centre des débats. Il soutient que l’innovation doit profiter à tous et accompagne avec l’entreprise les projets dans leur développement, pour trouver des partenaires, y compris à Vivatech. « Notre raison d’être chez Engie, c’est la transition et le bas carbone », explique-t-il. Conviction partagée avec la grande majorité des acteurs du salon, qui font de l’entrepreneuriat à impact, qu’il soit social ou environnemental, leur raison d’être pour les entreprises de demain.

Tous égaux devant la nouveauté

Direction le stand de la French Tech, le mouvement des start-up françaises. Vous y trouverez Befc, une jeune pousse d’à peine deux ans qui y présente sa pile biodégradable. Réalisée à base de papier et d’enzymes compostables, la pile permet d’alimenter de l’électronique à faible puissance, tels que des petits équipements médicaux ou de la technologie. « Les piles peuvent par exemple être utilisées pour les capteurs de glycémie des patients diabétiques », raconte Nathan Le Flao, business developper chez Befc. Pour l’entreprise, le salon est important de par son envergure, « c’est le plus gros événement français », souligne Nathan Le Flao, « c’est important pour trouver de nouveaux clients, rencontrer des investisseurs ».

Du côté des trois fondateurs de Broke & Abroad, la start-up française qui fait voyager la France entière à prix bradés, "Vivatech" est une jolie opportunité, même si l’entreprise est plutôt habituée aux réussites. « Dès le lancement de notre plateforme en 2019, ça a décollé », explique Mariam N’Diaye, la CEO. 10 000 personnes inscrites au démarrage, plus de 85 000 à présent : la start-up a une croissance d’environ 300 %. Plutôt pas mal pour les premières années d’existence d’une entreprise, puisque rien ou presque, ne résiste aux trois fondateurs et leur idée de génie. D’abord incubé à l’Escalator, créé par Maurice Lévy, le projet l’est doublement depuis qu’il a intégré les prestigieuses promotions de Station F, programme Fighters. « Depuis le lancement, nous avons fait voyager 40 000 personnes », raconte Mariam N’Diaye. Entourée de Junior Bidounda, Communication and Marketing Officer, de Steven Faber, chef de projet S.I et COO, et d’Adan Gomez, en stage au sein de l’entreprise, c’est un véritable travail d’équipe qu’ils fournissent à quatre, y compris sur le salon. En plus d’avoir l’opportunité de rencontrer de nouveaux clients à qui proposer leur offre B to B de voyages bradés pour les entreprises, c’est aussi une chance d’échanger avec des investisseurs ou de faire de belles rencontres. Comme l’année dernière, lorsque l’équipe a rencontré des responsables de Microsoft. Conseils, partenariats, nouveaux contrats : une chose est sûre, la sixième édition du salon Viva Technology est d’ores et déjà prometteuse.

Informations pratiques : ouvert au grand public uniquement le samedi 18 juin, de 9 heures à 18 heures, de 15 à 20 € par personne, gratuit pour les moins de 5 ans.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?