AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisL'Ile-de-France est la région la moins exposée au vieillissement et reste l'une des plus fécondes

L'Ile-de-France est la région la moins exposée au vieillissement et reste l'une des plus fécondes

D'après les derniers chiffres de l'Insee sur la démographie de l'Ile-de-France en 2018, la région contribue à près d'un quart des naissances que compte le territoire métropolitain et à plus de 80 % de l'excédent naturel.
L'Ile-de-France est la région la moins exposée au vieillissement et reste l'une des plus fécondes
@ DR

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Selon une récente publication de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la population francilienne n'a cessé d'augmenter entre 2016 et 2018, pour atteindre 12 213 000 habitants, une progression qui résulte de l'excédent naturel, qui correspondait à 98 500 habitants, en 2018. Malgré une baisse des naissances dans la région de la capitale, le taux de natalité reste 24 % plus élevé que la moyenne nationale et le taux de mortalité, s'il a légèrement augmenté, est moins important que dans d'autres régions.

Participation accrue à l'excédent naturel à l'échelle de la métropole

Selon l'étude de l'Insee, la population francilienne compte, chaque année, environ 32 000 habitants supplémentaires, soit une hausse de 0,3 %. Cette progression n'est due qu'à l'excédent naturel qui a cependant baissé de 2,2 % entre 2015 et 2018 en raison du vieillissement de la population. Cette baisse reste tout de même plus faible qu'au niveau métropolitain.

On recense en Ile-de-France une population particulièrement jeune, ce qui en fait la région au taux de natalité le plus élevé de France avec
14,2 ‰. Le taux de mortalité y est également le plus faible, avec 6,2 ‰ pour une moyenne nationale de 9,3 ‰. De ce fait, la région francilienne participe à 83,1 % de l'excédent naturel métropolitain en 2018. En son sein, Paris est le seul département à voir partir ses habitants, alors que la Seine-Saint-Denis en gagne 15 500 par an, en raison d'une forte fécondité.

Forte hétérogénéité de la fécondité au sein de la région

Depuis 2015, le nombre de naissance diminue toutefois en Ile-de-France et a atteint 173 000 nouveaux nés en 2018, mais plus modérément qu'au niveau national. Les femmes en âge de procréer représentent 25,1 % de la population francilienne contre 22,1 % au niveau national et leur fécondité est plus forte (1,94 enfant par femme contre 1,84).

Par ailleurs, en 2018, c'est dans la région francilienne que l'âge moyen des mères franciliennes à la naissance de leur enfant est le plus élevé, avec un âge de 31,8 ans, contre 30,8 ans pour la France métropolitaine dans son ensemble. De ce fait, l'indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) des femmes âgées de 35 à 49 ans y est le plus important mais présente de fortes disparités entre les départements, avec 1,55 enfant par femme à Paris contre 2,34 en Seine-Saint-Denis. A Paris, depuis dix ans, l'indicateur y est à la fois le plus élevé de France métropolitaine pour les femmes de 35 à 49 ans et le plus bas pour les femmes de 15 à 34 ans.

Légère hausse des décès

En 2018, l'Île-de-France a enregistré 75 500 décès, soit 12,6 % de ceux survenus en France métropolitaine. Cette hausse des décès, de + 1,2 % par rapport à l'année précédente, est moins forte qu'au niveau national puisque le vieillissement global de la population francilienne est plus lent. Le nombre de personnes âgées de 80 ans ou plus augmente également moins vite en Île-de-France qu'au niveau national, notamment du fait que les seniors sont plus nombreux à quitter la région qu'à y venir. A noter toutefois, le taux de mortalité infantile en Île-de-France est l'un des plus élevés de France métropolitaine, avec 4,1 ‰, contre 3,6 ‰ au niveau national. Il atteint 5,5 ‰ en Seine-Saint-Denis.

Enfin, l'espérance de vie des Franciliens reste, en 2018, la plus élevée des régions métropolitaines pour les hommes (81,1 ans), et se positionne deuxième derrière la Corse pour les femmes (85,9 ans). Au niveau régional, c'est dans les Hauts-de-Seine et à Paris que les hommes vivent le plus longtemps et dans les Yvelines s'agissant des femmes. n

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

Journal du 24 décembre 2021

Journal du24 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?