AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisL'hôtellerie résiste en 2012, grâce à Paris

L'hôtellerie résiste en 2012, grâce à Paris

L'activité hôtelière en France a résisté en 2012 malgré la crise, grâce aux performances de Paris et à la hausse des prix qui ont compensé une baisse de fréquentation, selon le bilan annuel du cabinet MKG.
L'hôtellerie résiste en 2012, grâce à Paris
M Glasgow P - Photo Flickr, Un hôtel à Paris

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Principal indicateur du secteur, le RevPAR (revenu par chambre disponible) est en hausse de 1,8 % sur 2012, une progression tirée par l'augmentation des prix moyens (+3,8 %), le taux d'occupation reculant de 1,3 point, note MKG. Pour 2013, le cabinet spécialisé prévoit une légère croissance, avec un RevPAR en hausse de 0,9 % à 2,4 %, soit mieux que le marché européen qui connaîtrait dans le meilleur des cas une croissance de 0,5 %. A Paris, les prix moyens ont augmenté de 6,6 %, à 164,30 euros, pour un taux d'occupation de 82 %, ce qui signifie que "plus de 250 jours dans l'année sont pleins", a souligné Vanguelis Panayotis, directeur du développement de MKG, en présentant les résultats.

Une performance "à la fois belle et inquiétante car Paris est en sous-capacité et perd certains congrès", prévient le PDG de MKG, Georges Panayotis, qui regrette que "compte-tenu des prix de l'immobilier, les seuls hôtels que l'on peut ouvrir sont des palaces". Les établissements moyen et haut de gamme (3 étoiles et plus) s'en sortent mieux que les catégories économiques, grâce à la clientèle internationale, avec des hausses respectives de 2% et 2,7% de leur RevPAR. En revanche, les taux d'occupation reculent dans tous les segments pour s'inscrire à 65,4% au total, selon cette étude qui se concentre sur les performances de l'hôtellerie de chaînes intégrées.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?