Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'euro fête ses 20 ans

le - - Actualité - Informations générales

L'euro fête ses 20 ans
© DR

L'euro, monnaie commune de l'Union européenne (UE), a eu 20 ans le 1er janvier dernier. L'euro est devenu la deuxième monnaie la plus utilisée dans le monde.

Aujourd'hui, encore jeune, l'euro est déjà la monnaie de 340 millions d'Européens dans 19 États membres. L'euro a apporté, selon la Commission européenne, des avantages tangibles aux ménages, aux entreprises et aux pouvoirs publics européens : stabilité des prix, coûts de transaction moins élevés, protection de l'épargne, marchés plus transparents et plus compétitifs, et intensification des échanges commerciaux.

La tourmente monétaire mondiale des années 1970 et 1980 avait mis en difficulté des pays européens, et nécessitait des solutions à l'échelle européenne. De plus, avec la création d'un marché unique, l'utilisation d'une monnaie unique faciliterait le travail et les échanges commerciaux en Europe. Après des décennies de discussions sur la manière de réaliser une union économique et monétaire, le “comité Delors” a été mis en place en 1988.

L'accord que les dirigeants politiques ont signé en 1992 à Maastricht, qui s'appuyait sur le rapport du comité Delors et les négociations qui l'ont suivi, a donné vie à la monnaie unique. À ce titre, la signature du traité de Maastricht est devenue un moment symbolique de la marche vers l'euro.

En 1994, l'Institut monétaire européen (IME) a entamé, à Francfort, ses travaux préparatoires qui allaient permettre à la Banque centrale européenne (BCE) d'assumer la responsabilité de la politique monétaire dans la zone euro. La BCE est ainsi devenue opérationnelle le 1er juin 1998.

Le 1er janvier 1999, l'euro a été lancé, devenant la monnaie officielle de 11 États membres. La responsabilité de la politique monétaire a été confiée à la Banque centrale européenne et à l'Eurosystème. Dès cette date, les montants ont été indiqués en euros et en monnaie nationale sur les relevés bancaires et, trois ans plus tard, les billets et les pièces en euro ont été mis en circulation dans douze pays, qui ont ainsi participé au plus grand changement de monnaie de l'histoire.

Les membres initiaux de la zone euro étaient l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Portugal. La Grèce les a rejoints en 2001. Depuis lors, sept autres États membres ont adopté l'euro (Chypre, Estonie, Lettonie, Lituanie, Malte, Slovaquie et Slovénie).

Un anniversaire commenté

Pour marquer cet anniversaire, les cinq présidents des institutions et organes européens qui assument le plus directement la responsabilité de l'euro, à savoir la Commission européenne, le Parlement européen, le Conseil européen, la Banque centrale européenne et l'Eurogroupe, ont commenté les vingt ans de la monnaie unique et son avenir.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a déclaré : « Je suis l'un des derniers signataires du traité de Maastricht encore politiquement actifs et je me souviens des négociations difficiles et capitales qui ont précédé le lancement de l'Union économique et monétaire. J'ai surtout à l'esprit notre conviction profonde à l'époque, l'idée que nous étions en train d'ouvrir un nouveau chapitre de notre histoire commune. Un chapitre qui définirait le rôle de l'Europe dans le monde et l'avenir de toutes ses populations. Vingt ans plus tard, je suis convaincu que cette signature a été la plus importante de ma vie. L'euro est devenu un symbole d'unité, de souveraineté et de stabilité. Il a apporté prospérité et protection à nos citoyens et nous devons veiller à ce qu'il continue à le faire. C'est pourquoi nous déployons de grands efforts pour achever notre Union économique et monétaire et dynamiser encore le rôle international de l'euro. »

Antonio Tajani, président du Parlement européen, a ajouté : « L'euro est aujourd'hui plus apprécié que jamais : trois citoyens sur quatre sont convaincus qu'il est bénéfique pour notre économie. Afin que les Européens puissent tirer pleinement parti des emplois, de la croissance et de la solidarité que la monnaie unique devrait apporter, nous devons parachever notre Union économique et monétaire grâce à une véritable union financière, budgétaire et politique. Cela permettra aussi à l'Europe de mieux protéger ses citoyens contre d'éventuelles crises futures. »

Pour Donald Tusk, président du Conseil européen : « La création de l'euro il y a 20 ans a été un moment charnière dans l'histoire de l'Europe, comme l'ont été aussi la libération de l'Europe centrale et orientale et la réunification de l'Allemagne. Depuis, notre monnaie commune a mûri pour devenir un puissant moyen d'expression de l'Union européenne en tant que force politique et économique dans le monde. Malgré les crises, l'euro s'est montré résilient, et les huit États qui ont rejoint les onze membres d'origine ont profité de ses avantages. dans un monde en perpétuell changement, nous allons continuer à moderniser et à renforcer notre Union économique et monétaire. »

Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, dresse lui aussi un bilan positif : « L'euro était une conséquence logique et nécessaire du marché unique. Il facilite les déplacements, le commerce et les transactions dans la zone euro et au-delà. Vingt ans après sa création, une génération entière d'Européens n'a jamais connu d'autre monnaie nationale. Pendant toute cette période, la BCE a rempli sa mission principale : maintenir la stabilité des prix. Mais nous contribuons aussi au bien-être des citoyens de la zone euro en concevant des billets de banque innovants et sûrs, en promouvant la sécurité des systèmes de paiement, en surveillant les établissements bancaires pour garantir leur résilience et en veillant à la stabilité financière dans la zone euro. »

Enfin, selon Mário Centeno, président de l'Eurogroupe : « La monnaie unique a été l'une des plus grandes réussites européennes : son importance et son impact au cours des deux premières décennies de son histoire sont incontestables. Mais son avenir reste à écrire. La responsabilité qui pèse sur nous est donc historique. L'euro et la coopération économique étroite qu'il nécessite ont évolué au cours du temps, ce qui a permis de surmonter les difficultés. Le chemin parcouru depuis le lancement de l'euro est considérable et les modifications importantes qui ont été apportées dans le sillage de la crise nous ont aidés à surmonter les épreuves. Mais ce travail n'est pas encore achevé, il requiert des efforts de réforme permanents, que la conjoncture soit favorable ou défavorable. Notre volonté politique de renforcer l'Union économique et monétaire ne doit faire aucun doute. Nous devons être préparés à ce que l'avenir nous réserve – nous le devons à nos citoyens. »




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer