AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisL'Etat et la Métropole du Grand Paris signent un CRTE « première étape »

L'Etat et la Métropole du Grand Paris signent un CRTE « première étape »

Marc Guillaume, préfet de la région d'Île-de-France, préfet de Paris, et Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, ont signé dernièrement le Contrat de relance et de transition écologique (CRTE) qui se veut être une « première étape » dans leur volonté commune de faire émerger un nouveau modèle de développement, les axes de coopération qu'il contient étant destinés à évoluer dans les mois à venir.
L'Etat et la Métropole du Grand Paris signent un CRTE « première étape »
© MGP

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Le CRTE récemment signé répond à une triple ambition : la transition écologique, le développement économique et la cohésion territoriale. Il vise à mettre en œuvre conjointement des actions de relance dans un cadre partenarial et une approche territoriale. Il est le résultat d'une vision stratégique commune qui s'inscrit dans les grandes transitions. Il repose sur 3 axes principaux qui sont le développement et le rayonnement économiques, la transition écologique et les solidarités. Ce contrat est une première étape, puisque les axes de coopération qu'il contient seront développés et actualisés dans les mois à venir.

Développement et rayonnement économiques du territoire métropolitain

Cette première priorité stratégique partagée tient une place centrale dans ce CRTE par lequel la Métropole du Grand Paris (MGP) et l'Etat actent une série d'axes de coopération majeure, notamment l'aménagement urbain, le développement des centres-villes, le soutien aux entreprises et la relocalisation d'activités ainsi que le numérique. A ce titre, la Métropole du Grand Paris organise la troisième édition de l'appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris “IMGP 3” dont l'État sera partenaire tout au long de la procédure et pourra mobiliser des crédits du plan de relance pour le financement des projets sélectionnés, en particulier dans le cadre du fonds friche.

L'aménagement des nouveaux pôles de centralité qui accompagneront le Grand Paris Express fait également l'objet d'une priorité partagée, raison pour laquelle le CRTE prévoit que l'aménagement des quartiers de gare pourra faire l'objet de Projets partenariaux d'aménagement (PPA). Par ailleurs, le CRTE prévoit une action conjointe afin de renforcer les commerces et services de proximité, améliorer les lieux de vie et de développer des innovations urbaines, notamment à travers le programme métropolitain “Centres-villes vivants”.

En outre, le CRTE prévoit la mobilisation de l'État en faveur de la relocalisation des entreprises dans le cadre de France relance, notamment via des fonds industriels, ainsi que la lutte contre la fracture numérique, en proposant un nouvel outil permettant aux collectivités territoriales et aux acteurs privés associatifs d'aider le plus grand nombre à se mettre « à niveau » sur le plan numérique

Engagement en faveur de la transition écologique

Ce contrat illustre l'engagement commun de l'État et de la Métropole du Grand Paris en faveur du développement des projets d'aménagements cyclables, à l'image du plan vélo élaboré par la Métropole et auquel 10 millions d'euros sont consacrés depuis 2020, ou encore de la mise en place par l'Etat de plusieurs sessions d'appels à projets ayant déjà permis d'accompagner 38 projets sur le territoire de la Métropole, pour un montant total de subvention de 28,5 millions d'euros. Par ailleurs, les deux parties s'engagent à poursuivre leurs efforts en faveur de l'amélioration de la qualité de l'air, avec la mise en place d'une nouvelle étape de la « zone à faibles émissions » (ZFE) métropolitaine et de nouveaux dispositifs de soutien financier en faveur de la rénovation thermique des bâtiments publics et des logements privés métropolitains. A travers ce CRTE, l'État et la Métropole poursuivent également leur coopération dans le cadre du programme SARE (Service d'accompagnement à la rénovation énergétique), qui permettra à la Métropole de dispenser 28 000 conseils personnalisés et d'accompagner 5 500 ménages dans la rénovation de leurs logements.

Enfin, l'État et la Métropole soutiennent les collectivités locales dans leurs projets de rénovation thermique de leur propre patrimoine, cette dernière ayant alloué 42,5 millions d'euros de subventions aux communes et territoires de son périmètre et l'État ayant, quant à lui, attribué une dotation supplémentaire en 2021 de 109,5 millions d'euros aux communes et aux départements franciliens afin d'accélérer la rénovation thermique de leur patrimoine bâti.

Investir dans les solidarités

Sur ce volet, l'État a investi 80,6 millions d'euros pour le territoire régional dans les démarches de redressement des copropriétés en difficulté et 4 sites métropolitains, représentant 6 450 logements, font déjà l'objet d'un suivi particulier. Cette démarche s'articule avec la priorité donnée par la Métropole à l'amélioration du parc immobilier bâti, ainsi que la réhabilitation et à la résorption de l'habitat insalubre. Enfin, sur le fondement du Plan métropolitain de santé et de résilience, la Métropole du Grand Paris et l'État s'engagent, en lien avec l'ARS, l'AP-HP et les représentants d'acteurs du champ sanitaire et de l'autonomie du territoire, à élaborer durant l'année 2021 un plan d'actions cohérent visant, entre autres, à améliorer les parcours de soin, promouvoir la télémédecine et conduire des évaluations d'impact sur la santé de politiques publiques impulsées par la Métropole. n

Partager :
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?