Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'avocat et le bâtonnier du futur selon Henri de la Motte Rouge

le - - Actualité - Interview

L'avocat et le bâtonnier du futur selon Henri de la Motte Rouge
© DR

Fondateur d'un cabinet au service de l'innovation, Henri de la Motte Rouge animera le 19 mai prochain, le Bar à Idées, intitulé « l'avocat du futur » autour des candidats au bâtonnat Frédéric Sicard et Dominique Attias et de leurs prestigieux invités.

Affiches Parisiennes : Êtes-vous un « avocat du futur » et qu’entendez-vous par cette notion ?  

Henri de la Motte Rouge : Mon cabinet intervient sur le secteur de l’innovation et des technologies. Nous traitons des problématiques qui seront sur le marché demain, ce qui exige une très bonne compréhension des technologies. Fort de ce constat, nous avons construit le cabinet autour d’une équipe pluridisciplinaire composée d’un avocat et d’un ingénieur. Ce duo permet une intervention hautement qualitative tant en matière de conseil que de contentieux. Récemment, nous avons lancé La Motte Rouge Avomarque, une offre dédiée au droit des marques construite autour de notre expérience et d’outils développés auprès de nos gros clients du secteur du luxe et de la cosmétique qui font appel à nos services. Ces services sont à destination d’entreprises de tailles diverses qui souhaitent sécuriser leurs dépôts de marques ou être assistées dans leurs litiges. À l’image de ce que nous proposons pour Avomarque, l’avocat moderne doit être doté d’outils technologiques qui lui permettent de se concentrer sur du travail à haute valeur ajoutée, avec pour objectif d’informatiser les tâches les plus répétitives et de fournir du conseil opérationnel dans une logique de budget maîtrisé. Dans le futur, je suis convaincu que le développement d’outils et l’écoute du marché seront des moyens essentiels pour nos confrères d’être compétitifs face aux différents nouveaux entrants sur le marché du droit. L’avocat se doit donc d’innover pour accompagner les changements sociétaux plutôt que de les subir. 

A.-P. : Vous soutenez les candidats Frédéric Sicard et Dominique Attias pour la prochaine élection au bâtonnat. Sont-ils des « bâtonniers du futur » ? 

H de la M. R. : Frédéric Sicard et Dominique Attias incarnent le renouveau de la profession qui doit naturellement se conjuguer avec ses valeurs traditionnelles et le désintéressement, ce qu’il est essentiel de rappeler dans le contexte actuel de la campagne. Depuis le début de cette campagne, notamment au travers du think tank BAI (bousculer, animer, innover) qui organise différents événements comme les Bars à Idées, nous multiplions les échanges et réflexions de haut niveau auprès des candidats. Il y a une superbe dynamique et une forte émulation. Ainsi est sorti ce projet de plateforme contributive online de démocratie participative sur le modèle du Conseil national du numérique où les projets majeurs de notre profession pourront être débattus par tous les avocats dans un cadre contributif (avocat en entreprise, ouverture des capitaux…). Pour les innovations, un fonds de soutien créatif sera créé. Il fera entrer dans la phase II l’incubateur du barreau récemment constitué. Frédéric Sicard et Dominique Attias donnent une très grande place aux jeunes et aux idées novatrices car leur mandat a notamment pour objectif de préparer l’avenir et la transition de notre profession afin que notre génération d’avocats puisse s’épanouir et être conquérante. L’avocat moderne doit s’impliquer dans la vie de la cité et donc dans ses institutions. Le slogan de Frédéric Sicard et Dominique Attias est « Libres pour servir ». Lors de nos échanges, nous avons également pris conscience que nous devions être « libres pour innover ». Notre déontologie ne doit pas être un frein à  l’entrepreneuriat et aux initiatives des avocats et doit être repensée comme telle tout en gardant ses principes essentiels. Au travers de mes échanges autour de l’innovation avec mes confrères, j’ai pu constater que les idées de nos candidats sont très appréciées tant chez les individuels qu’au sein du barreau d’affaires, y compris dans les cabinets anglo-saxons, qui voient dans Frédéric Sicard et Dominique Attias des interlocuteurs travailleurs et de qualité. Pour innover et moderniser notre profession, défi que devra relever le prochain bâtonnier, nous avons besoin d’avoir une vision, de maîtriser parfaitement les dossiers, d’être pragmatiques et à l’écoute du marché. Enfin il va falloir du courage politique. Frédéric Sicard possède ces compétences. Il sera un bâtonnier résolument moderne, et ce dans un futur très proche…

L’objectif de ce Bar à Idées est d’échanger autour de ce que sera – ou ne sera pas – l’avocat dans quelques années. Comme d’habitude, la convivialité et la bonne humeur seront au rendez-vous. Autour des candidats, il y aura des invités prestigieux comme Charles Beigbeder, Laure Lavorel, directrice juridique de CA Technologie, juge du tribunal de commerce et administratrice du cercle Montesquieu. L’an 2020, c’est demain et l’avocat, comme notre société qu’il accompagne au quotidien, va connaître des bouleversements majeurs auxquels nous devons être préparés. 

Les sujets abordés seront les suivants : 

l’avènement de la cyberjustice ;

les nouveaux modes alternatifs de règlement des différends ;

 les nouveaux outils pour les avocats (outils prédictifs/ bases de données, robots, numérisation du juridique…) ;

 les nouvelles attentes des directions juridiques et la pratique des honoraires en 2020 ;

 l’évolution des problématiques juridiques/les nouveaux marchés et les besoins de régulation éthique (cybercriminalité, big data, robotique, e-santé, nanotechnologies, biotechnologies, transhumanisme…) ;

 la place des avocats et des « startupers » du droit.

Ces thématiques vont être l’occasion de se poser des questions fondamentales telles que : 

 La fin de l’avocat est-elle possible ?

 Comment construire un ordre capable de répondre à ces défis ?

 Les dangers d’une justice virtuelle mécanique et froide et le besoin d’humanité ;

• La judiciarisation croissante des relations et les évolutions du marché du droit.

 

* Rendez-vous le 19 mai à partir de 20 h.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer