Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'avocat d'un Français détenu au Cameroun dénonce "l'inaction" de Paris

le - - Droit

L'avocat d'un Français détenu au Cameroun dénonce "l'inaction" de Paris

L'avocat d'un Français détenu depuis 15 ans au Cameroun et en attente d'une nouvelle décision de justice a dénoncé lundi "le scandale de l'inaction des autorités françaises", et réclamé le transfèrement de son client en France.

"Nous voulons attirer l'attention sur la situation particulière d'un citoyen français détenu depuis 15 ans. Dans cette affaire, la France a été muette jusqu'à présent", a déclaré Me Philippe Missamou, avocat de Michel Thierry Atananga, condamné en 1997 au Cameroun pour détournement de fonds. "Sur le plan du droit, M. Atananga a purgé sa peine.
Sur le plan humanitaire, l'Etat français doit être sensible à la situation de ce citoyen détenu dans une cellule de moins de 5 m2", a affirmé Me Missamou, qui a dénoncé "le scandale de l'inaction des autorités" françaises. M. Atananga, 48 ans, a été condamné en 1997 à 15 ans de prison pour détournement de fonds, mais il est depuis 2008 sous le coup d'une autre procédure de la justice camerounaise pour les mêmes chefs d'inculpation.
Le verdict dans cette deuxième affaire devrait être prononcé mardi, mais le procès a déjà été reporté à plusieurs reprises par le passé. Son co-inculpé dans cette affaire, Titus Edzoa, est un ancien ministre du président camerounais Paul Biya. Les deux hommes ont dénoncé un "procès politique".
Interrogé, le ministère des Affaires étrangères n'a pas souhaité s'exprimer sur cette affaire "alors qu'une procédure judiciaire est en cours" et s'est borné à indiquer que M. Atananga, un Français d'origine camerounaise, bénéficiait de la protection consulaire.




Jean-Paul VIART
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer