Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'avenir des CCI en question

le - - Entreprise - Vie des entreprises

L'avenir des CCI en question
© DR - Christophe Blanchet, député LREM du Calvados et Jean-François Cesarini, député LREM du Vaucluse.

La récente assemblée générale extraordinaire des CCI montre que ce réseau aborde une période clé de son avenir. Les réflexions sur leurs missions et leur organisation se terminent au sein de la mission parlementaire. L'annonce d'une baisse de 400 millions d'euros sur quatre ans de leurs ressources via la taxe pour frais de chambre ajoute de nouvelles incertitudes. Christophe Blanchet, député LREM du Calvados, Jean-François Cesarini, député LREM du Vaucluse, et un collectif de députés LREM apportent leur éclairage.

« Nous partageons la trajectoire des finances publiques du Gouvernement, qui nécessite des efforts constants de tous durant le quinquennat, l'endettement étant l'ennemi de l'action publique. Ce nouvel effort peut se justifier mais appelle notre vigilance pour que ces économies ne conduisent pas à démanteler le réseau de proximité des CCI.

Face à la métropolisation croissante de notre pays, la tentation sera grande de chercher ces économies de mutualisation en concentrant les moyens vers les CCI régionales. Nous pensons au contraire qu'il faut faire plus pour ceux qui ont moins. Il faut sanctuariser l'autonomie et les ressources des CCI des départements n'ayant pas de métropoles.

Les métropoles et grandes villes possèdent déjà de nombreuses structures d'accompagnement des entreprises : réseaux d'entrepreneurs, pépinières, incubateurs, marketing territorial, BpiFrance... On peut y entreprendre sans forcément avoir besoin du soutien de la CCI, au contraire des autres territoires où la mission de service public des CCI est essentielle si l'on ne veut pas créer de zones blanches de l'accompagnement entrepreneurial.

La nouvelle révolution industrielle autour du numérique peut et va créer une économie en archipel, déconcentrée, qui décongestionnera les Métropoles et donnera sa chance à tous les territoires. Les CCI, catalyseurs d'attractivité, auront toute leur place dans cette logique de cohésion territoriale, auprès des territoires intermédiaires, ruraux et ultra-marins. Les entrepreneurs d'avenir, l'innovation et les start-up sont aussi dans nos territoires intermédiaires, les CCI sont les acteurs clés de l'écosystème destiné à les aider et les maintenir sur ces territoires.

Ainsi, la décentralisation peut créer de l'économie, à la condition de ne pas être pensée comme une addition d'un nouveau jacobinisme des capitales régionales et d'une simple logique de subsidiarité, pour ne pas dire ruissellement vers les autres territoires. à moyens constants, il faut faire plus et mieux pour les territoires, ce qui revient à accepter l'idée que les métropoles ont la capacité à se débrouiller seules dans l'économie mondialisée.

Les rapprochements de CCI doivent se faire sur la base des réalités économiques et des bassins de vie plutôt que sur la logique des frontières administratives ou du centralisme régional. L'objectif est de faire correspondre le périmètre des CCI aux bassins économiques, dès lors que ceux-ci ont atteint une taille suffisante. Il y a du sens à regrouper les CCI d'Ile-de-France, qui représentent un territoire métropolitain cohérent. Il y a aussi des rapprochements à faire entre les CCI d'Avignon, Arles et Nîmes plutôt que d'envisager les solutions de facilité de les raccrocher à Marseille et Montpellier.

Dans cette nouvelle organisation, la tête de réseau CCI France doit agir et s'engager comme une véritable agence de cohésion des territoires, autorité régulatrice et surtout garante de cette péréquation territoriale.

Acteurs de proximité incontournables de la vie économique, notre conviction est que les CCI ont aussi un rôle clé dans la cohésion des territoires. Organisons-les autour des réalités économiques, au profit de tous les territoires plutôt que de risquer leur dilution au profit de CCI uniquement régionales. Ce serait un écueil qui s'apparenterait à une double peine pour nos territoires. »

Les députés ont adressé ce texte par courrier aux ministres Bruno Le Maire, Gérald Darmanin et Jacques Mézard.

LE COLLECTIF LREM
Outre Christophe Blanchet et Jean-François Cesarini, le collectif LREM compte Stéphanie Kerbarh, députée de Seine-Maritime, Françoise Dumas, députée du Gard, Olivier Gaillard, député du Gard, Isabelle Rauch, députée de Moselle, François Jolivet, député de l'Indre, et Alain Perea, député de l'Aude.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer