Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'avènement des outils de dématérialisation comptable

le - - Entreprise - Chiffre

L'avènement des outils de dématérialisation comptable
@ Adobe Stock

Intitulé « La comptabilité : un moyen et non une fin en soi ! », le dernier webinaire organisé par l'Ifec, syndicat majoritaire de la profession comptable, a réuni l'expert-comptable indépendante Gaëlle Mourad, la cheffe de mission chez Lebonexpertcomptable.com Assia Bouabizi et le responsable des partenariats chez Quickbooks Paul Champetier de Ribes, pour échanger sur l'évolution du métier et les nouvelles attentes des clients en matière de pilotage de la compta.

« Sans vouloir faire peur à tout le monde, une étude a annoncé la disparition du métier d'expert-comptable en 2040, mais en réalité ce n'est pas notre disparition mais celle du métier tel qu'il est grâce à l'automatisation comptable. L'aspect numérique et conseil s'accélère énormément et on est aujourd'hui bien loin de l'image de l'expert-comptable avec ses fiches papiers et sa calculatrice ! », annonce d'emblée Gaëlle Mourad, expert-comptable du cabinet Axonum et utilisatrice de l'outil Quickbooks.

Les témoignages croisés des trois participants montrent que le passage de la tenue comptable au conseil et au pilotage de la comptabilité est véritablement en marche dans les cabinets qui, à l'heure actuelle, ont résolument pris le virage numérique. La dématérialisation et l'automatisation de la tenue des comptes sont donc devenues monnaie courante.

« Le métier ce n'est plus de la saisie mais pouvoir apporter de la plus-value sur l'analyse des données comptables », considère Assia Bouabizi. « Il y a un véritable challenge autour de l'image de la compta aujourd'hui », confirme Paul Champetier de Ribes.

Former les collaborateurs

Cette évolution du métier s'accompagne de la montée en compétences des collaborateurs des cabinets d'expertise, comme l'anticipait le 73e Congrès de l'Ordre dès 2018. Les cabinets ont en effet dû revoir leur offre de fond en comble afin de satisfaire au mieux leur clientèle, d'intégrer les nouvelles technologies et d'améliorer leurs services. Cette transformation s'est donc logiquement accompagnée de la formation des équipes et de la valorisation de leurs nouvelles missions.

« La maîtrise des interfaces utilisateurs des différents outils est ce vers quoi on doit faire évoluer nos collaborateurs. Il faut les accompagner sur les évolutions de leurs compétences », estime Gaelle Mourad.

Depuis toujours exposés aux changements technologiques, les métiers du chiffre n'en sont pas à l'arrivée des premiers logiciels de comptabilité et savent saisir la balle au bond. Une grande majorité d'entre eux a compris l'importance de la maîtrise des nouveaux outils, notamment ceux intégrant de l'intelligence artificielle.

Les équipes d'Assia Bouabizi utilisent Quickbooks depuis mars 2015 et l'ont déployé début 2016 auprès de leurs clients. Elle confie qu'ils le maîtrisent depuis peu car il a fallu acquérir de l'expérience pour voir les limites de l'outil et les solutions à apporter en interne. Ce changement a été très bénéfique car en plus d'un gain de temps, elle note que ça a créé une uniformisation des processus et travaux qui leur a permis de compléter leur offre digitale. « ça permet surtout à nos collaborateurs de creuser des sujets de conseil sur lesquels ils n'avaient pas le temps de se pencher avant », ajoute-t-elle en précisant que certains anciennement réfractaires sont devenus très impliqués.

Gaëlle Mourad conseille ainsi d'impliquer les collaborateurs dans le projet de digitalisation dès le début et d'écouter leurs retours sur l'utilisation des outils.

Répondre aux nouvelles attentes des clients

Après s'être formé en interne, il faut convaincre et former ses clients. Actuellement, les demandes de ces derniers, impactés par la crise, sont « énormément liées à la gestion de leur trésorerie donc l'intérêt est de leur proposer des outils d'immédiateté qui leur donne des solutions à court et moyen terme », explique Gaëlle Mourad qui n'utilise plus le terme « comptabilité » mais parle plutôt de « gestion et de pilotage des activités ».

« On peut aussi aller vers des services plus stratégiques à plus long terme, notamment pour accompagner les entreprises sur certains sujets comme le virage numérique », ajoute-t-elle. Le but est de leur faire gagner du temps au quotidien et de se focaliser sur le développement de leur activité et, en ce moment, plutôt de les aider à faire face à la crise.

« De nouvelles activités se sont développées depuis le début de la crise car les clients ont besoin d'énormément d'informations et de conseils en ce moment », confirme Assia Bouabizi en mettant l'accent sur le besoin de disponibilité et de réactivité grandissant. « Depuis quelques mois, on a eu beaucoup de demandes de la part des clients pour savoir s'ils pouvaient bénéficier des aides d'Etat liées au Covid. On doit absolument pouvoir leur apporter ces conseils, qu'ils soient comptables, mais aussi sur la partie diversification ou recrutement », complète la cheffe de mission chez Lebonexpertcomptable.com.

« Un expert-comptable doit aujourd'hui être capable de répondre aux demandes de ses clients et de respecter les obligations légales », déclare Paul Champetier de Ribes pour qui la solution expert Quickbooks est un atout majeur. Cet outil collaboratif offre des bénéfices aux professionnels comme aux clients et promet un gain de temps de 4h par semaine sur la tenue comptable pour les clients, et de 50 % du temps pour les experts.

Il s'agit d'un « outil simple, facile à utiliser pour les clients, voire même ludique », confie Gaëlle Mourad. C'est sûrement pourquoi ce logiciel comptable compatible avec l'ensemble des outils de production est très développé et utilisé partout dans le monde.

S'adapter à leurs besoins

« Nous avons deux typologies de clients : ceux qui sont très à l'aise avec les outils et font le suivi de leurs indicateurs de manière quasi-instantanée et ceux qui ne le sont pas et pour lesquels on est beaucoup plus disponibles », précise Assia Bouabizi qui valorise l'adaptabilité de ses collaborateurs en fonction du profil de clientèle.

« Beaucoup de clients me sollicitent, aux profils indépendants ou freelance, et souhaitent se concentrer sur leur métier sans pour autant avoir recours à un expert-comptable mais en ayant accès à un outil de comptabilité en temps réel », témoigne Gaëlle Mourad en expliquant que s'ils prennent de l'autonomie via les nouveaux outils, ils sont toutefois prêts à payer du conseil en contrepartie. Le métier d'expert-comptable semble donc loin d'être mort !




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer