AccueilActualitéL'art du contre-pied

L'art du contre-pied

Sachant qu'il ne peut se permettre une division à gauche, le chef de l'Etat a jeté notamment son dévolu sur le ballon rond pour prouver qu'il mouille réellement le maillot sur le terrain de la fiscalité.

Actualité Publié le ,

Voulant marquer les esprits, François Hollande persiste à imposer à quelques-uns sa « taxe exceptionnelle de solidarité », même si la version originelle a été vertement taclée par le Conseil constitutionnel. Ce carton jaune orangé n’a guère obéré l’élan un tantinet idéologique de faire payer à la Ligue 1 le choix d’intégrer dans certains effectifs quelques pointures internationales susceptibles de faire lever les foules et surtout de permettre à la France d’exister autant que faire se peut dans le concert européen. Etonnante volonté, d’ailleurs, d'infliger aux employeurs des charges exorbitantes sur les salaires, manière de double peine pour ces organisateurs de spectacles contraints de se mettre au diapason du temps. Cette taxe devrait globalement représenter 44 millions d’euros pour les clubs, fondée sur la rémunération de 120 joueurs, bons à exceptionnels. La voix des quelques présidents concernés n’a trouvé nul écho à l’Elysée où l’on se soucie bien davantage du tapage des 15 000 bonnets rouges... Quant à la menace d’une grève des matchs, François Hollande semble totalement s’en foot…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?