AccueilEntrepriseVie des entreprisesL'Alliance du Commerce demande une réorganisation des soldes

L'Alliance du Commerce demande une réorganisation des soldes

Alors que les questions sur la période de déconfinement et de réouverture des commerces non alimentaires commencent à émerger, l'Alliance du Commerce a consulté ses adhérents pour connaître leur avis sur l'organisation de la prochaine période des soldes d'été. Il en ressort que les grands magasins ainsi que les enseignes de l'habillement et de la chaussure demandent leur report au 1er juillet au plus tard, et leur prolongement sur une durée de 6 semaines.
L'Alliance du Commerce demande une réorganisation des soldes
@ DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Si cette mesure était retenue, les soldes d'été se tiendraient alors du mercredi 1er juillet au mardi 11 août inclus. Ces dates permettraient aux enseignes et aux acteurs du commerce :

- d'assurer l'écoulement de leurs stocks de la collection Printemps-Été 2020 qui sont actuellement à un niveau exceptionnellement élevé du fait de la fermeture des commerces non alimentaires depuis le 15 mars ;

- de contribuer à la nécessaire relance de la consommation après une crise qui aura fortement pénalisé le pouvoir d'achat de très nombreux Français ;

- de reconstituer leur trésorerie, essentielle à la poursuite de l'activité et notamment à l'achat des prochaines collections ;

- de préserver la période de la rentrée des classes qui démarre habituellement à partir du 15 août.

« Étant donné les lourdes pertes subies par les commerces obligés de fermer pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid 19, il est absolument primordial de sécuriser les soldes au plus tard le 1er juillet et sur une durée de 6 semaines. De même, il est urgent d'en assouplir la règlementation pour l'adapter à la situation exceptionnelle que nous traversons », déclare Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du Commerce.

Ainsi, l'Alliance du Commerce demande un assouplissement de la règlementation des soldes selon laquelle « les produits annoncés comme soldés doivent avoir été proposés à la vente et payés depuis au moins un mois à la date de début de la période de soldes » au risque de payer une amende de 15 000 euros.

En effet, en raison du niveau exceptionnel des stocks et de la reprise d'activité qui s'annonce d'ores et déjà très progressive, les acteurs ne seront pas en mesure de respecter systématiquement cette règle cette année. De même, de nombreux commerces devaient être inaugurés dans le courant des mois de mars, avril ou mai. Ces ouvertures ont dû être reportées en raison de la crise du Covid-19, ne permettant pas à ces commerces de respecter la règle des 30 jours.

L'Alliance du Commerce soutient également l'organisation d'une grande fête du commerce à la réouverture des magasins, reposant sur une campagne de communication forte et appelant aux retrouvailles des Français avec leurs commerçants.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?