Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

L'AFJE fête ses 50 ans !

le - - Actualité - Interview

L'AFJE fête ses 50 ans !
© DR

L'Association française des juristes d'entreprise (AFJE) donne un éclat particulier à son demi-siècle d'existence, notamment avec l'organisation d'une conférence et de trois tables rondes autour du thème de l'Europe. De son côté, Stéphanie Fougou, sa présidente, arrive au terme de son mandat.

Affiches Parisiennes : Quel regard portez-vous sur ce demi-siècle d'existence de l'association ?

Stéphanie Fougou : Cinquante ans après sa création, l'AFJE est aujourd'hui véritablement installée comme l'association représentative des 17 000 juristes d'entreprise exerçant sur le territoire français. Elle n'a fait que croître, en s'adaptant au fil du temps à l'évolution des critères et des caractéristiques de toutes les typologies de fonctions du juriste. Par ailleurs, cette association a su développer ses vertus conviviales, bienveillantes et bénévoles. L'AFJE est un lieu d'accueil privilégié pour les juristes d'entreprise et pour tous les professionnels du droit. D'année en année, l'association a cultivé son âme très humaniste, axée sur le développement de ce métier, en aidant ses adhérents à chaque étape de leur carrière.

Cette association s'est énormément modernisée. Elle est passée d'un groupe de copains, juristes d'entreprise, qui venaient chercher des points de comparaison, du soutien, de l'entraide sur la compréhension du métier, à une association qui dispose à présent de tous les outils digitaux possibles pour communiquer avec ses adhérents, n'importe où en France, voire à l'étranger. L'AFJE propose par ailleurs plus de 250 formations et rencontres par an à tous les juristes.

"Ces quatre années ont été tellement riches
et à l'image de l'AFJE, pleines d'échange,
de partages, de convivialité et de challenges !"

Elle se mobilise et se positionne également sur des rapports législatifs et sur des lois. Enfin, cette association a un rayonnement international très fort. L'AFJE a construit des liens très forts avec les grandes associations et barreaux d'Amérique du Nord, évidemment d'Europe avec l'ECLA ou encore IBA ou l'UIA et évidemment ICW. Sans oublier les associations dont l'AFJE soutient et accompagne leur création et développement, en Afrique du Nord et en Afrique Centrale, notamment avec la création en 2017 du Réseau Francophone des Juristes d'Entreprise.

A.-P. : La formation y tient aujourd'hui une place prépondérante...

S. F. : Oui, bien sûr. Un bon juriste est un juriste formé et cela fait bien longtemps que l'AFJE l'a compris notamment avec la création du CAMPUS AFJE en 2011. Notre ADN est la formation des juristes d'entreprise par des juristes d'entreprises.

Nous allons aller plus loin encore et faire de l'AFJE le premier centre de formation des juristes d'entreprise, aussi bien en hard law qu'en soft law, en termes de management, et en déontologie. Nous avons passé une grande étape, il y a quatre ans, l'association est devenue organisme de formation agréée. L'AFJE est aujourd'hui capable d'apporter un lieu de rencontre de réseau, de porter les messages de juristes d'entreprise et de prodiguer tous les éléments de base d'une profession telle qu'elle est reconnue, c'est-à-dire une déontologie, à travers son comité ad hoc, et de la formation.

A.-P. : Par ailleurs, quels sont les temps forts de vos quatre années à la présidence de cette association ?

S. F. : Ces 4 années ont été tellement riches et à l'image de l'AFJE, pleines d'échange, de partages, de convivialité et de challenges! J'ai rencontré des incroyables personnalités en premier lieu tous les membres du Bureau, le Conseil d'administration de l'AFJE et tous les actifs s'impliquent dans les activités de l'AFJE. L'énergie et l'investissement de chacun rendent presque tous les rêves possibles à l'AFJE.

Je retiendrais le lancement du Grenelle du Droit et la création de réseaux dynamiques pour développer une grande filière du droit et induire des rapprochements autour de travaux communs, des bases communes, en associant tous les métiers du droit. La venue du Premier Ministre au Grenelle du Droit 2 a démontré que nous avons œuvré dans le bon sens. Il faut continuer.

L'In-house Counsel World Summit que nous avons accueilli et organisé à Paris en octobre 2016 a également été un grand temps fort qui a affirmé la dimension internationale de l'AFJE et surtout du métier de General Counsel.

A.-P. : Il y a également cette ouverture vers les jeunes que vous avez initiée ?

S. F. : Oui absolument. Le métier de juriste d'entreprise est un métier jeune, dont la moyenne d'âge nationale est de 39 ans et dès 2012, l'AFJE a voulu leur donné une voix avec la création du comité des jeunes juristes de l'AFJE, qui développe son propre réseau de jeunes juristes actifs ou étudiants afin de les accompagner au mieux dans les premières années de leur vie professionnelle. Nous retrouvons des représentants au sein du conseil d'administration pour livrer leur vision sur les attentes des jeunes, ce qui nous permet de monter des formations spécifiques aux besoins des juniors.

"Le métier de juriste d'entreprise est un métier jeune, dont la moyenne d'âge nationale est de 39 ans"

Parallèlement, nous menons des actions auprès des étudiants en droit avec la création d'une adhésion « Etudiant » afin que ces derniers se sensibilisent le plus tôt possible au réseau et aux différents métiers du droit. Je veux également mentionner la collaboration entreprise depuis de nombreuses années par l'AFJE avec les universités.

L'association leur apporte son soutien et leur suggère des évolutions à travers des matières, des parcours utiles pour de jeunes étudiants arrivant sur le marché de l'emploi et des partenariats ayant vocation à développer notamment l'apprentissage ou des diplômes plus spécialisés vers l'entreprise. Des partenariats noués par l'AFJE permettent également d'accueillir des stagiaires au sein de l'entreprise.

A.-P. : à l'occasion de ses 50 ans, l'AFJE organise un colloque important autour des thèmes de l'Europe, de la compétitivité, de la souveraineté, de l'état et du rôle du droit...

S. F. : Depuis quatre ans, nous proposons d'adjoindre un grand colloque à l'assemblée générale de l'association. Les thématiques choisies sont ensuite suivies tout au long de l'année. Nous avons ainsi traité le digital, l'international et la Compliance... Pour ce 50e anniversaire, nous avons tout naturellement choisi l'Europe, en effet, l'actualité juridique et les élections européennes approchant, il nous a semblé essentiel de faire un point sur le Droit européen et son rôle dans la construction et consolidation de l'Europe.

Loin de prendre des positions politiques, nous estimons que le juriste est l'un des acteurs majeurs au sein des entreprises, usager et prescripteur au quotidien des règles de droit communautaire pour développer le business de son entreprise, notamment dans les Etats de l'Union. Qui donc connaît mieux que lui les impacts et l'utilisation du droit européen ?

Nous pensons qu'il est important que le juriste se positionne. Pour cela, nous avons pris trois angles. Le premier vise à donner un panorama de la situation actuelle en examinant la notion de reconnaissance d'une communauté d'Etats de Droit en Europe.

"Loin de prendre des positions politiques, nous estimons que le juriste est l'un des acteurs majeurs au sein des entreprises"

Nous avons ensuite choisi une table ronde plus spécifique sur le droit de la concurrence et la façon dont il peut aider les entreprises européennes à être plus compétitives dans un environnement déjà très complexe au niveau mondial. Enfin, nous souhaitons traiter la souveraineté de l'Union européenne pour montrer en quoi l'Europe a besoin de se mobiliser, de réagir et d'imposer sa gouvernance face à des situations extérieures parfois un peu trop intrusives.

Nous avons invité des intervenants de renom qui sont professeurs, purs juristes ou qui ont été amenés à travailler sur l'élaboration de textes législatifs, à travers une approche plus politique. L'idée est vraiment de passer un après-midi à ouvrir les esprits sur ces questions et de préparer les réflexions qui seront formalisées dans les mois qui viennent.

L'Europe sera pour nous un sujet récurrent tout au long de 2019, évidemment de manière plus précise jusqu'aux élections, avec des temps qui viendront ponctuer le début d'année sur cette thématique.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer