AccueilEntrepriseVie des entreprisesL’action climatique et la macroéconomie liées pour l’avenir

L’action climatique et la macroéconomie liées pour l’avenir

Mercredi 9 novembre, France Stratégie a publié une étude alarmante sur le retard préoccupant de la réflexion économique vis-à-vis des conséquences négatives de la transition climatique sur la croissance et l’inflation.
Selma Mahfouz, inspectrice générale des finances, et Jean Pisani-Ferry, professeur à Sciences Po.
© DR - Selma Mahfouz, inspectrice générale des finances, et Jean Pisani-Ferry, professeur à Sciences Po.

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Réalisée par Selma Mahfouz, inspectrice générale des finances, et Jean Pisani-Ferry, professeur à Sciences Po, la première partie de l’étude de France Stratégie sur « l’évaluation des impacts macroéconomiques de la transition écologique » a été publiée mercredi 9 novembre. Dans ce rapport, commandé cet été par la Première ministre Élisabeth Borne, les auteurs font état d’un retard pris dans la réflexion économique autour des conséquences massives de la transition environnementale.

Trois mécanismes mobilisés pour la transition vers la neutralité carbone

Pour les deux macroéconomistes, la transition vers la neutralité carbone « aura des effets puissants sur l’économie ». D’après l’étude, elle est d’ailleurs vouée à mobiliser trois mécanismes : la substitution de capital aux énergies fossiles, « qui va impliquer une augmentation d’investissements publics et privés supplémentaires de 70 milliards par an » en France d’ici à 2030 ; l’accélération de la réorientation du progrès technique vers les énergies durables avec une amélioration de l’efficacité énergétique ; et la modération des usages et des consommations énergivores pour répondre aux exigences de sobriété.

« Le dosage entre ces trois mécanismes relève de choix collectifs, qui peuvent différer d’un pays à l’autre et aussi varier dans le temps. Il faut rappeler que le climat est une compétence européenne, mais nombres d’actions, comme les transports et le logement, révèlent de décisions nationales » ont précisé les deux auteurs. « Toutefois, ces mécanismes auront tous des répercussions marques sur la production, la consommation, l’investissement, les échanges extérieurs, l’emploi, l’inflation, les finances publiques, et les inégalités, en France et à l’échelle internationale ».

Pour anticiper les répercussions, Selma Mahfouz et Jean Pisani-Ferry se sont attachés dans l’étude à identifier et définir les mécanismes sous-jacents, pour les soumettre à la discussion. Ils ont également fixé des objectifs à court et long terme et ont invité les politiques publiques à agir rapidement.

« L’objectif zéro émissions nettes en 2050 est à notre portée »

« Les progrès déjà réalisés montrent qu’une économie climatiquement neutre n’est pas une utopie. L’objectif zéro émissions nettes en 2050 est à notre portée », ont déclaré les auteurs. Pour répondre à cet enjeu, une accélération des efforts engagés doit être effectuée rapidement. Même si les macroéconomistes ont souligné que « les problèmes seraient tout de même loin d’être tous résolus parce que les conséquences de l’inaction se sont révélées plus dommageables que nous ne le pensions ».

« Pour 2030, il faut miser sur les technologies déjà fiables »

A moyen terme, c’est-à-dire à l’horizon de 2030, la note a indiqué qu’il fallait miser sur les technologies déjà fiables. Pour cela, les rapporteurs ont préconisé de « combinersubstitution du capital aux énergies fossiles et efforts de sobriété ». Cette solution risque d’entraîner des coûts économiques, mais selon le rapport, « l’investissement supplémentaire va également stimuler la demande ». Cependant, l’essentiel va se jouer du côté de l’offre pour deux raisons d’après Selma Mahfouz et Jean Pisani-Ferry. « En effet, le capital matériel, immatériel et humain risque fortement d’être dématérialisé, entrainant du même coup une baisse de la production potentielle. Aussi, les efforts de recherche et de développement seront principalement orientés vers l’économie de combustibles. Les gains de productivité du travail, et donc la croissance risquent d’être temporairement réduits ».

« Nous avons trop prétendu que la transition sera macro-économiquement indolore, mais ce n’est ni convaincant, ni mobilisateur » ont écrit les auteurs. « L’impact immédiat de la transition a ainsi toute chance d’être inflationniste ».

Les politiques publiques ont leur rôle à jouer

Face à cette inflation et pour soutenir les efforts des entreprises et des ménages insuffisamment solvables, les rapporteurs comptent sur les politiques publiques qui « ont la capacité de réduire substantiellement les coûts économiques de la transition ». Pour faire, ils ont évoqué plusieurs points, notamment la construction d’un consensus sur la stratégie, la mise en place d’une solution pour remédier à un déficit de crédibilité avéré, mais aussi l’adoption d’une approche économique fiable, la dotation d’une doctrine d’emploi des fonds publics et enfin une meilleure articulation de la stratégie nationale et de celle européenne. Pour conclure, Selma Mahfouz et Jean Pisani-Ferry ont rappelé l’importance des actions à mettre en place. « Il y a beaucoup de mauvaises raisons de s’endetter, la transition climatique n’en fait pas partie ».

Un rapport plus complet au printemps 2023

Les deux chercheurs n’ont pas fini leurs travaux. Ils donneront un rapport plus complet au printemps 2023 pour parfaire ce premier éclairage. Ils mettront notamment l’accent sur les dimensions internationales, les zones d’ombres de la connaissance des mécanismes de la transition et les blocs d’analyse. Selma Mahfouz et Jean Pisani-Ferry viseront ainsi à contribuer à une meilleure prise en compte des enjeux économiques dans la construction de la stratégie française de l’énergie et du climat.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?