AccueilActualité du droitJuriste augmenté : nouveau profil du professionnel digitalisé

Juriste augmenté : nouveau profil du professionnel digitalisé

À l'occasion du Grenelle du droit 3, des professionnels du droit se sont rassemblés autour d'un sujet phare, l'évolution du profil de juriste d'entreprise face à la digitalisation progressive de sa profession.
Juriste augmenté : nouveau profil du professionnel digitalisé
@ AP - De gauche à droite, Stéphanie Fougou, Nicolas Bustamante, Sumi Saint Auguste, Christophe Roquilly, Delphine Gallin et Élisabeth Monegier du Sorbier.

DroitActualité du droit Publié le ,

Les professionnels présents à la table ronde intitulée « le juriste augmenté, apprendre en marchant et apprendre à marcher » partagent le même constat : les outils numériques ont bouleversé la méthode de travail des avocats et des juristes. Aujourd'hui, parallèlement aux connaissances juridiques, des compétences en digital sont indispensables.

Un humain à l'intelligence augmentée

Le juriste augmenté est un professionnel qui renforce son activité par la maitrise des outils digitaux tout en veillant à préserver des liens humains au sein de l'univers numérique dans lequel il exerce.

Comme l'admet Delphine Gallin, Présidente de l'ACE, « le numérique nous facilite beaucoup le travail ». En effet, nombreux sont les avantages qu'il offre, bien connus des professionnels.

Passer maitre dans l'art de manier les technologies leur assure performance et compétitivité sur le marché des services juridiques. Nicolas Bustamante, CEO de Doctrine et juriste augmenté lui-même, précise que « le juriste augmenté, c'est un gain de temps sur la recherche juridique ».

Autre donnée majeure, l'égal accès des clients et de l'expert aux informations, les amenant à penser s'y connaitre mieux que le juriste. D'où la nécessité pour le professionnel du droit de s'adapter à l'environnement numérique et aux exigences nouvelles des clients. « Si on ne peut pas répondre à l'exigence d'immédiateté, on va disparaître » expose à son tour la Présidente de l'ACE.

Les nouvelles compétences du juriste d'aujourd'hui

De nouveaux profils fleurissent dans les entreprises et en cabinet, formés à des compétences extra-juridiques. Ces experts sont désormais capables d'être de véritables business partners avec des compétences en gestion de projets, parlant plusieurs langues et maniant les technologies numériques.

Les recruteurs exigent désormais qu'ils aient de nouvelles compétences prioritaires, appelées soft skills, ou compétences comportementales, dont la maitrise du numérique fait partie. Les juristes doivent avoir des connaissances fondamentales sur ce qu'est un outil digital et être capable « d'identifier, analyser et implémenter dans l'entreprise des connaissances digitales » explique Christophe Roquilly, Directeur de LegalEdhec.

Avoir conscience de sa valeur ajoutée

Le numérique offre aux avocats et aux juristes la possibilité d'atteindre un degré d'analyse et d'expertise leur permettant d'être au plus près de la prise de décision. Cela implique de prioriser les outils numériques selon les besoins de l'entreprise ou du cabinet et de s'en équiper.

Enfin, Élisabeth Monegier du Sorbier relève « une réelle prise de conscience » : le numérique, en bouleversant le mode d'exercice des juristes, leur permet d'être une réelle valeur ajoutée pour leurs clients.

Toutefois, cette prise de conscience dépend du degré de maturité des directions juridiques, ce qui implique qu'elles définissent leur raison d'être, qu'elles réfléchissent aux domaines dans lesquels elles seront une valeur ajoutée. « La véritable stratégie c'est de savoir à quoi l'on sert », rappelle Christophe Roquilly.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?