AccueilInterviewJim Morrison est-il réellement décédé ?

Jim Morrison est-il réellement décédé ?

Voilà l'une des questions qui animent le monde du rock depuis la mort de Jim Morrison, le 3 juillet 1971. Fausse mort ou vraie overdose… Qu'est-il réellement arrivé au chanteur des Doors ? Philippe Will nous apporte son hypothèse, passionnante, crédible, dans son roman Dealer*. Le livre qui nous fait voyager cet été !
Jim Morrison est-il réellement décédé ?
Affiches Parisiennes

ActualitéInterview Publié le ,

A.-P. : Vous êtes l'auteur d'un roman à succès, Dealer*, que vous rééditez ; un roman dont l'histoire parle de Jim Morrison. Pouvez-vous nous présenter votre ouvrage ?

Philippe Will : Plus que de Jim Morrison, ce livre parle du club des 27, en partant des quatre premiers, c'est-à-dire les quatre rock stars qui, dans les années 1960, sont mortes à 27 ans. On suit leur itinéraire à travers le personnage principal de l'histoire, Jean de Breteuil, qui a existé. Il est issu de la branche cadette des “de Breteuil”, une famille qui accompagne l'Histoire de France… Quand Louis XVI renvoie Necker, il le remplace un “de Breteuil”… Il y en a partout ! Là, nous arrivons, dans les années 1950, à Charles Le Tonnelier, comte de Breteuil, un compagnon de libération de Charles de Gaulle, qui va en Afrique monter un empire de presse de plus de 100 titres, probablement à l'initiative du Général, pour porter la voix de la France en Afrique. Jean de Breteuil est donc son fils, élevé à Marrakech. Alors, Jean saute sur les genoux de Churchill ; quand il est de mauvaise humeur, Charlie Chaplin lui fait les grimaces du Kid ; Il côtoie Rita Haworth… Il grandit vraiment avec une cuillère en argent dans la bouche. Quelque part, il va suivre la trace de sa famille, mais d'une manière un peu différente.

Plutôt que de côtoyer et de servir les grands de ce monde, il va leur vendre de l'héroïne. Son implication dans la mort de Jim Morrison est connue. Ensuite, on a vu sa voiture sur le parking du Landmark Motor Hotel où est retrouvée Janis Joplin le soir de sa mort. Il côtoie aussi Brian Jones et Jimi Hendrix. J'ai écrit le roman à partir de ces éléments.

A.-P. : Comment est venue l'idée de ce roman ?

P. W. : Pour écrire mon précédent roman, qui était en fait un recueil de nouvelles autour de la musique et des producteurs, j'ai ingurgité un nombre considérable de biographies de Rock stars. Je voyais ce personnage arriver en pointillé, quelques lignes par ci, un paragraphe par-là... Donc je m'y suis intéressé. J'ai fait une enquête, j'ai suivi ses traces de Marrakech à Los Angeles et j'ai écrit ce roman.

A.-P. : Jim Morrison est décédé le 3 juillet 1971. Qu'est-ce qui aurait pu se passer s'il n'était pas mort ?

P. W. : A mon avis, il n'aurait pas survécu bien longtemps parce qu'il était vraiment malade et alcoolique au dernier degré. Ceci dit, dans mon histoire, il ne meurt pas. Sur sa mort, il y a trois versions des faits. Il y a la version de sa compagne, Pamela Courson, qui dit que le soir du 3 juillet, ils sont allés voir un film au cinéma, un western, je crois. Ils sont rentrés à la maison. Jim Morrison aurait beaucoup bu. À 3h du matin, il s'est senti mal. Pamela Courson s'est ensuite endormie. En se levant, elle a trouvé la porte fermée. Elle appelle Jean de Breteuil, qui vivait maritalement avec Marianne Faithfull et logeait dans un hôtel de la rue des Beaux-Arts. Il arrive, fracture la porte-fenêtre et trouve Morisson mort dans son bain, puis s'en va. Comme il est déjà impliqué dans la mort de Janis Joplin, il n'a pas envie d'ajouter une ligne à son curriculum vitae. Les secours arrivent, constatent la mort et Jim Morrisson est enterré trois jours plus tard. Selon la deuxième version, il serait mort au Rock and Roll Circus et que son corps aurait été transporté dans son appartement de la rue Beautreillis. Beaucoup de témoins disent l'avoir vu mort dans les toilettes, mais apparemment, la personne décédée portait la barbe alors que Morrison l'avait rasée. Tout cela est donc soumis à caution…

La troisième version est celle que j'exploite et je ne peux vraiment la dévoiler, parce que c'est le dénouement du bouquin. C'est la plus improbable, mais la plus fascinante à la fois. Par deux fois, Morrison a essayé d'organiser un faux décès, pour se faire de la pub avec les Doors. Selon de multiples témoignages, il prétend vouloir disparaître, organiser une fausse mort et disparaître à jamais. Il dit même qu'il vivra en Afrique et qu'il communiquera avec ses amis sous un pseudonyme. Ce qui est fou, c'est que d'une certaine manière, il va changer d'identité en France. Il part pour la Corse, perd ses papiers, ou il fait semblant de les perdre. Il va au consulat américain et change de prénom, prétendant s'appeler Douglas Morrison, qui est son second prénom. Ainsi, quand le 3 juillet les secours et la police arrivent sur place rue Beautreillis, ils pensent avoir affaire à un obscur poète américain. Pas une seconde ils ne feront le rapprochement avec la rock star interplanétaire. Sinon, évidemment, ils auraient demandé une autopsie, etc. Il est donc enterré trois jours plus tard, entouré des trois personnes - Jean de Breteuil, Pamela Courson et la cinéaste Agnès Varda. Les deux premiers sont morts, Agnès Varda se tait et je pars de cette hypothèse complètement farfelue qui reste néanmoins totalement plausible.

A.-P. : Est-on sûr que c'est bien Jim Morrison qui est enterré dans cette tombe du Père-Lachaise ?

P. W. : Beaucoup de monde se pose cette question. Il n'y a que trois personnes qui ont vu son cadavre et qui connaissaient la véritable identité de l'homme mort dans la baignoire de l'appartement de la rue Beautreillis. On aurait donc pu mettre un autre corps à la place et la police n'y aurait vu que du feu.

A.-P. : Aujourd'hui, peut-on envisager l'exhumation du corps ? Pourrait-on trouver un bon avocat pour faire ça ?

P. W. : C'est une hypothèse assez farfelue. Personne ne s'aviserait de prétendre ce genre de chose. Reste que sur le papier, c'est possible. C'est pour ça que je l'ai fait en fiction, bien sûr. Quand les trois autres membres des Doors, les managers et la maison de disques ont appris la nouvelle de la mort de Morrison, ils ne l'ont évidemment pas crue. Ils étaient tellement persuadés que c'était une farce qu'ils ne se sont même pas déplacés. Ils ont envoyé leur manager qui, trois jours plus tard, s'est retrouvé face à un cercueil plombé, en raison des conditions sanitaires, parce qu'il faisait très chaud. Il a voulu le faire ouvrir, mais on lui a refusé. C'est le côté fascinant de l'histoire…

A.-P. : C'est donc le livre de l'été à lire sans modération, sous les palmiers de Marrakech ou d'ailleurs…

P. W. : Oui, c'est vraiment un voyage. On va de Marrakech, à Tanger, à Londres, à Los Angeles, à Paris, à New York.… On voyage dans tous les sens, comme le faisait Jean de Breteuil. Ce qui est curieux, avec ce garçon, c'est qu'il était interdit de séjour un peu partout. Il a été arrêté à Los Angeles alors qu'il faisait transiter de l'opium par la valise diplomatique du consulat de France… Il était très jeune. Mon histoire le suit de 17 ans à sa mort, à 22 ans.

La police française avait un énorme dossier sur lui, mais il n'a jamais été arrêté. On a prétendu que Raymond Marcellin, qui était ministre de l'Intérieur de l'époque, l'a couvert par égard pour sa famille qui était encore assez influente.

A.-P. : Aujourd'hui, on rencontre un peu la même chose dans certains milieux. Certains artistes quittent ce monde assez jeunes…

P. W. : Il y a eu beaucoup d'exemples d'artistes qui sont morts à 27 ans. Rock star est une vie très difficile. Ils ont beaucoup d'excitation et prennent des “downers” pour se calmer, c'est-à-dire de l'héroïne et quand ils sont au fond du trou, ils sont obligés de prendre la cocaïne pour se réveiller… C'est le cycle qu'ont vécu les Rolling Stones, les Doors… C'était assez classique dans ce milieu des artistes des années 1960-1970.

Propos recueillis par Boris Stoykov

* Dealer ou la valse des maudits, Philippe Will est paru chez Igb Edition (Igb Frissons)

https://livre.fnac.com/a15873635/Philippe-Will-Dealer-ou-la-valse-des-maudits
ou
https://www.decitre.fr/livres/dealer-ou-la-valse-des-maudits-9782491770181.html

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?