AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisJean-Yves Le Bouillonnec, nouveau président du conseil de surveillance du Grand-Paris

Jean-Yves Le Bouillonnec, nouveau président du conseil de surveillance du Grand-Paris

Le député-maire de Cachan, représentant des maires d'Île-de-France au sein du Conseil de surveillance de la Société du Grand-Paris (SGP), en a été élu président à l'unanimité le 10 juillet dernier. Il succède à André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux. Arnaud Bazin, président du Conseil départemental du Val-d'Oise, a été élu vice-président.
Jean-Yves Le Bouillonnec, nouveau président du conseil de surveillance du Grand-Paris
© Société du Grand Paris - Passage de relais entre André Santini et Jean-Yves Le Bouillonnec

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Jean-Yves Le Bouillonnec fut le premier président de Paris Métropole en 2009. Depuis 2013, il est engagé pour le Nouveau Grand-Paris des Transports. Il déclare placer son mandat sous le signe du dialogue pour faire « consensus politique, la force du Grand Paris express ». Il veut aussi « fédérer les énergies, rassembler les élus au-delà des tendances politiques et pour porter le projet auprès des Franciliens. »

Il exprime le souhait de « tenir le cap des travaux », « quel’ensemble du projet continue d’avancer pour tenir le rythme prévu par le calendrier de mises en service. » Il poursuit : que le « Grand Paris Express soit au rendez-vous des échéances prévues. Il y va tant de la qualité de vie des Franciliens que de la compétitivité économique et du développement urbain et équilibré de la région Capitale. »

Pour lui, « la primauté doit être donnée à l’impact local du projet, à la gestion des travaux dans l’intérêt des riverains, mais aussi à la construction de quartiers de gares modernes, créateurs de valeurs et agréables à vivre, qui seront autant d’opportunités pour les communes du Grand Paris Express. » Il souhaite aussi l’exemplarité sur le plan environnemental (gestion des déblais, performance énergétique du réseau. préservation des paysages) et en matière de responsabilité sociale. Sous son mandat, la société du Grand Paris apportera une contribution volontaire aux débats de la COP21.

Il annonce la mobilisation du Conseil de surveillance pour veiller au vote des dernières opérations d’investissements pour financer les lignes 15 Est, 17 Nord et 18. Il souhaite inventer "l’intermodalité du XXIe siècle, liant les transports publics, les mobilités douces et électriques et les déplacements à pied. Le tout dans un environnement urbain vert, apaisé et harmonieux."

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?