AccueilActualitéJe hais les dimanches…

Je hais les dimanches…

Sacro-saint, emblématique de la conquête sociale, le dimanche est actuellement source majeure d'embrouilles pas très catholiques…

Actualité Publié le ,

Familial entre tous, le jour des viennoiseries, de la grasse matinée et des promenades bucoliques sur les berges paisibles des fleuves qui ne le sont pas moins, est au cœur d’un débat évolutionnaire qui voit, comble du sacrilège, des sécessionnistes vouloir massivement le vouer à l’ouvrage ! Certes, rien de très nouveau. Nombre de corporations sont contraintes, depuis toujours, d’assurer la permanence. Cette fois pourtant, c’est une manière d’overdose qui affole notamment les syndicats et Benoit Hamon, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire, « philosophiquement chagriné » par ces mutins qui osent défier le dogme. Même sur la base d’un volontariat raisonné, même si l’option permet aux enseignes d’engranger 10 à 20 % de chiffre d’affaires supplémentaires, même si l’attractivité des villes en dépend, même si le service est plébiscité par une majorité de Français et de touristes, le travail dominical reste damné, condamné. En fait, les choses sont loin d’être claires. Travaille ? Travaille pas ? Le Gouvernement et le législateur ont concocté un nébuleux millefeuille où se superposent aujourd’hui particularismes et dérogations. L’heure est ainsi à la concertation, chère à l’exécutif, afin d’actualiser le statut d’un 7e jour en quête d’identité.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?