AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisIssy-les-Moulineaux a déjà converti ses écoles au numérique

Issy-les-Moulineaux a déjà converti ses écoles au numérique

Tableau numérique interactif (TNI), tablette tactile, baladodiffusion... Le numérique a déjà fait son entrée dans les écoles primaires d'Issy-les-Moulineaux, une commune riche des Hauts-de-Seine où est installé le siège français de Microsoft.
Issy-les-Moulineaux a déjà converti ses écoles au numérique

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Alors que la France termine à la 24e place sur 27 dans l'utilisation du numérique dans l'éducation, selon l'étude Pisa de l'OCDE, la ville dirigée par André Santini (Nouveau centre) a choisi d'être en pointe dans ce domaine et dépense un million d'euros par an pour l'équipement numérique de ses écoles. "Il y a beaucoup de petites communes qui ne disposent pas de grands moyens et se développent sur les TICE (Technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement) de manière ciblée. Nous, nos ressources nous permettent de déployer différentes technologies", explique Philippe Knussmann, adjoint au maire chargé de l'éducation.

Toutes les écoles bénéficient d'un accès à internet haut débit et sont équipées de baladeurs MP4. Quatorze classes mobiles (quinze ordinateurs ou tablettes PC qui peuvent naviguer de salles en salles) et treize TNI sont dispatchés dans les écoles ou groupes scolaires. Parmi ces établissements, l'école des Chartreux a servi de laboratoire. Créée en 2008, cette école maternelle et élémentaire a dès le départ été équipée de classes mobiles. "On s'en est emparé tout de suite", se rappelle Olivier Canet, le directeur. "De là, des envies, des besoins se sont créés et on a cherché sans cesse à aller plus loin dans l'utilisation d'outils informatiques". L'école étant composée de classes à plusieurs niveaux (CP-CE2, CE1-CM2, CE2-CM1), l'utilisation des technologies permet de personnaliser l'enseignement: pendant que Roman, 6 ans, révise la lecture et l'orthographe sur un ordinateur portable, des "grands" travaillent avec leurs cahiers et leurs manuels. "Il y a beaucoup plus de participation et quand on est actif, c'est plus facile de mémoriser", estime Sébastien Chéritat, enseignant.

Envies

L'opposition municipale est "largement favorable" à l'utilisation des TICE, a expliqué à l'AFP Laurent Pieuchot, conseiller municipal PS, avec une nuance: "il ne s'agit pas seulement de mettre des tableaux blancs dans les écoles, il faut former les enseignants". Ces derniers ont reçu des formations de l'inspection académique et des fabricants de matériels "et puis on s'est aussi autoformés, on prend du temps entre nous pour s'expliquer des trucs", précise Olivier Canet. En novembre, Microsoft France a mis à disposition dans ses locaux, à Issy-les-Moulineaux, une "classe immersive", dotée des dernières technologies, qu'une classe de l'école des Chartreux va utiliser régulièrement. Sol et mur interactif, reconnaissance des mouvements, smartphones: "On veut aider les enseignants à utiliser ces technologies" explique Laurence Lafont Galligo, qui dirige la section service public à Microsoft France. Des outils qui permettent par exemple d'observer avec des lunettes 3D un volcan en éruption ou d'analyser le fonctionnement d'un vélo grâce à la réalité augmentée. Mais "il ne faut pas tomber dans le piège de la fascination, ça doit être un support de cours, pas un gadget", prévient M. Chéritat.

© A.P

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?