AccueilImmobilierIssy Cœur de ville, le nouveau quartier vert d’Issy-les-Moulineaux

Issy Cœur de ville, le nouveau quartier vert d’Issy-les-Moulineaux

C’est un projet d’aménagement gargantuesque que la mairie d’Issy et la société Altarea ont mené au cœur même de la ville. Avec le quartier Issy Cœur de Ville, 50 000 m² de bureaux, commerces et logements ouvriront prochainement.
Issy Cœur de ville, le nouveau quartier vert d’Issy-les-Moulineaux
© DR

Immobilier Publié le , Margot Herrada

Résidence seigneuriale, logements sociaux, école, crèche, commerces, cinéma, le nouveau quartier Issy Cœur de ville a tout pour plaire. Innovant, c’est un quartier “qui vit 7 jours sur 7”, explique Dominique Goudard, le directeur du projet pour Altarea. Sans compter sur l’enjeu écologique, au centre du projet : l’ensemble du quartier a été pensé mais surtout construit afin de répondre aux nouveaux enjeux climatiques, privilégiant des énergies et des espaces plus verts.

Un projet engagé

Avec plus de 600 logements construits dont 25 % sont des logements sociaux, 17 000 m² de commerces, 41 000 m² de bureaux, un groupe scolaire et de nombreuses autres infrastructures, le quartier a été réfléchi pour répondre à n’importe quel besoin de ses usagers. D’ailleurs, c’est la proximité des services que Dominique Goudard met en avant, dans ce quartier “remarquablement desservi” par les deux stations terminus de la ligne 12, à équidistance du chantier. “Nous sommes dans un concept qui illustre parfaitement la ville du quart d’heure”, argumente-t-il, démontrant l’ambition d’Altaréa et de la mairie de faire de ce quartier un lieu de vie à la fois animé mais surtout très attractif.

Ce qui n’était pas le cas jusqu’ici puisque ce site de 3,5Ha était autrefois un immense parking à ciel ouvert, “un bunker” comme le qualifie Philippe Knusmann, maire-adjoint délégué à l’urbanisme pour la ville d’Issy-les-Moulineaux. “Pour les riverains, en termes de cadre de vie, cela n’apportait rien”, précise-t-il. Alors la ville d’Issy se penche sur le sujet, commence à y réfléchir en 2001, se pose la question de ce que pourrait devenir cet espace. En 2016, la décision est prise : ce sera un lieu de vie engagé pour la transition climatique. La mairie confie donc le design au cabinet d’architecture Valode & Pistre et à la société Altaréa, afin de faire de ce quartier en transformation l’un des nouveaux poumons verts de la ville.

© DR

Une “vallée verte” au cœur d’Issy

Sur l’ensemble du quartier, la mairie a compté 13 500 m² d’espace verts dont 7 000 m² de forêt urbaine. L’idée était de ramener la biodiversité au cœur du quartier, s'étendant des toits au rez-de-chaussée à la façon d’une “vallée verte”, affirme Dominique Goudard, fier du label Biodivercity que le quartier a ainsi obtenu. Sans compter sur le système énergétique, qu’Engie Solutions a réfléchi comme “un système vertueux” en optant pour la solution d’une boucle géothermique. Cette infrastructure est ainsi prévue pour couvrir 70% des besoins en chauffage et 75% des besoins en froid. “On a un enjeu à travailler à la production de chaleur et celle d’eau chaude pour les bureaux comme pour les logements, il y a un enjeu à produire du froid pour se climatiser”, détaille Christelle Rougebief, directrice de l’Île-de-France pour Engie Solutions. Au total, la boucle géothermique créée par Engie permet de produire 5GWh en chaleur et 3 GWh de froid sur le quartier.

L’intégralité des bâtiments du quartier sont donc desservis par la boucle géothermique. “En 25 ans de chantier, c’est la première fois que je vois ça”, confie l’un des directeurs de la construction sur place, impressionné par l’innovation dont le quartier fait preuve. Et même si le système n’est pas totalement indépendant de l’électricité car il faut que l’eau soit chauffée par cette dernière pour produire de l’eau chaude, il permet néanmoins de faire de sacrées économies sur sa facture mensuelle. Engie a réalisé le calcul pour un logement de 70m² : la facture est estimée aux alentours de 700€/an pour un appartement chauffé et rafraîchi. “Un habitant de ce quartier peut se projeter, il a une très bonne visibilité sur sa facture pour les 10, 15 voire même 20 ans à venir”, estime Joël Taillardas, directeur de la business line territoires et services publics. Un atout supplémentaire, puisque la géothermie ne dépend pas des énergies fossiles, ce qui justifie certainement l’explosion des ventes des logements du quartier. En effet, malgré un prix moyen au m² de 12 500 € pour les logements en accession, il n’en reste que vingt à vendre. De ce fait, les commerces, espaces verts et écoles ouvriront au public début septembre et le label écoquartier est en cours d’acquisition pour ce quartier en plein cœur de ville.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?