AccueilDroitActualité du droitIsabelle de Silva réitère ses doutes sur le projet de fusion TF1/M6

Isabelle de Silva réitère ses doutes sur le projet de fusion TF1/M6

L’ancienne présidente de l’Autorité de la concurrence Isabelle de Silva a été récemment entendue au Sénat par la commission d’enquête sur la concentration des médias.
Isabelle de Silva réitère ses doutes sur le projet de fusion TF1/M6
© Sénat

DroitActualité du droit Publié le ,

Alors que son mandat à la tête de l’Autorité de la concurrence n’a pas été renouvelé et au moment où les négociations et les discussions autour de la fusion entre TF1 et M6 battent leur plein, Isabelle de Silva a été auditionnée le 13 décembre dernier par la commission d’enquête sur la concentration des médias. Elle est revenue sur plusieurs dossiers en cours et a répondu aux questions des sénateurs membres de cette commission. Ces derniers voulaient notamment savoir si l’éviction de la présidente pouvait être liée à sa prise de position au sujet de la fusion des deux plus grandes chaînes privées françaises. Cette fusion, qui devrait se tenir d’ici le printemps 2023 ; est étudiée de près par l’Autorité de la concurrence. L’ancienne présidente avait émis des réserves quant à cette opération, pointant notamment le fait que le groupe disposerait d’une large majorité du marché publicitaire télévisuel. Lors de son audition, elle a réaffirmé sa position : « Le rapprochement de TF1 et de M6 conduirait à des parts de marché publicitaire considérables, de l’ordre de 70 %, ce qui est une opération d’une ampleur jamais vue dans l’audiovisuel français depuis la loi de 1986 ».

Un « autre profil » pour diriger l’Autorité

Isabelle de Silva n’a pas été renouvelée à la tête de l’Autorité de la concurrence malgré sa volonté de prolonger son mandat et la reconnaissance des membres de l’autorité. Elle estime cependant que cette décision n’a rien à voir avec l’opération de fusion entre les deux géants de la télévision : « Je pense que l’autorité de la concurrence voulait voir à sa tête un autre profil, peut-être plus économique mais je ne crois pas que ce soit l’opération de fusion TF1/M6 qui a conduit à mon non-renouvellement. », a-t-elle déclaré.

Si pour le moment, l’autorité est présidée par intérim par Emmanuel Combe, c’est Benoit Cœuré qui est pressenti pour remplacer Isabelle de Silva à la tête de cette commission indépendante. Économiste, administrateur de l’Insee et ancien membre du directoire de la Banque centrale européenne, Benoit Cœuré est également responsable du pôle innovation de la Banque des règlements internationaux.

Google sanctionné par l’Autorité de la concurrence

Autre sujet abordé par les sénateurs, l’amende infligée à Google par l’Autorité de la concurrence pour non-respect des droits voisins. Le géant de la Silicon Valley l’a d’ailleurs récemment réglée malgré l’appel qui avait été déposé préalablement par ce dernier. Il était entre autres reproché à Google de réutiliser sans autorisation le contenu d’agences de presse, notamment celui de l’Agence France Presse (AFP). Isabelle de Silva s’était indignée du non-respect de la loi par la multinationale américaine : « Lorsque l’Autorité impose des injonctions aux entreprises, celles-ci sont tenues de les appliquer scrupuleusement, en respectant leur lettre et leur esprit. Au cas d’espèce, tel n’a malheureusement pas été le cas. ».

Enfin, au cours de son audition, l’ancienne présidente a estimé qu’il fallait plus de moyens à l’Autorité notamment dans le domaine du numérique, et face à des opérations de concentration « extrêmement complexes ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

Journal du 24 décembre 2021

Journal du24 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?