Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Intentions d'embauche stables

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Intentions d'embauche stables
© DR

Selon le dernier baromètre ManpowerGroup examinant les perspectives d'emploi en France, les intentions d'embauche augmentent dans le secteur manufacturier et l'hôtellerie-restauration, mais diminuent fortement dans les transports et la logistique.

D'après cette étude, le secteur privé français a créé 106 000 emplois en 2018, presque trois fois moins qu'en 2017, selon l'Insee. Cela est dû principalement au ralentissement de l'économie ; la croissance française a été de 1,5 %, selon les estimations de l'Insee. On est donc largement au-dessous des 2,3 % enregistrés en 2017. La crise des “Gilets jaunes” fait peser encore plus d'incertitudes dans les mois à venir. Ce ralentissement impacte les intentions d'embauche. Certes, elles restent globalement positives en France, sans pour autant augmenter par rapport au trimestre précédent. Les intentions d'embauche ralentissent ainsi en Région parisienne (-2 points par rapport au 2e trimestre 2018).

Le secteur manufacturier devrait connaître des embauches assez massive. Elles progressaient de 10 points de plus par rapport au trimestre précédent, et de 13 points sur un an. En revanche, le ralentissement se fera sentir dans les transports et la logistique. Les intentions d'embauche perdent 24 points par rapport au trimestre précédent.

Les entreprises de taille moyenne connaissent une baisse importante de leurs prévisions d'embauche : 12 points de moins qu'au trimestre précédent. Dans les petites entreprises, elles progressent de 3 points par rapport à la même période en 2018.

Comme le souligne Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France, « ce baromètre reflète le ralentissement de la croissance de l'économie française. Les chefs d'entreprise adoptent une attitude prudente, dans un contexte d'incertitude à la fois économique et sociétale. »

Des intentions d'embauche positives

Les employeurs français interrogés par ManpowerGroup annoncent, globalement, des intentions d'embauche positives. Selon l'étude, la prévision nette d'emploi, corrigée des variations saisonnières s'établit à + 5%, comme au trimestre précédent. Cela représente une hausse d'un point par rapport à la même période en 2018. Cette stabilité est liée au fait que la Commission européenne a révisé à la baisse sa prévision de croissance du PIB 2019 de la France à 1,3 % contre 1,6 % prévu à l'automne dernier.

Dans les cinq régions étudiées, quatre affichent des intentions d'embauche en progression par rapport au premier trimestre 2019. C'est dans le Centre-Est qu'elles progressent le plus : 4 points de mieux qu'au trimestre précédent, et 7 points de plus par rapport au premier trimestre 2018. Dans le Sud, les intentions d'embauche reculent d'un point par rapport au trimestre précédent, mais progressent de 4 points en un an.

Dans le Centre-Ouest, les intentions d'embauche ont gagné 4 points en un an, et 3 points par rapport au trimestre précédent.
Des intentions d'embauche positives dans l'industrie manufacturière et l'hôtellerie- restauration, tandis que les transports et la finance ralentissent.

Huit secteurs d'activité stables ou en progression

Les intentions d'embauche des employeurs progressent ou restent stables, par rapport au trimestre précédent, dans huit secteurs d'activité parmi les 10 étudiés.
C'est dans l'industrie manufacturière que les intentions d'embauche progressent le plus : elles gagnent 10 points par rapport au trimestre précédent, et 13 points sur un an.
L'hôtellerie-restauration affiche elle aussi des intentions d'embauche en hausse : + 8 points en un an. Dans le secteur du commerce, les intentions d'embauche progressent de 3 points par rapport au précédent trimestre, mais perdent un point par rapport au deuxième trimestre 2018.
Dans le transport et la logistique, le ralentissement se fait sentir : les prévisions d'embauche perdent 24 points par rapport au trimestre précédent, et 10 points en un an.
Ce ralentissement est dû au mouvement social actuel, corrélé à l'ambiance économique générale dégradée n'aide pas à la confiance pour les employeurs de ce secteur.
Les entreprises de taille moyenne ralentissent leurs prévisions d'embauche. Dans les quatre catégories d'entreprises étudiées, trois affichent des prévisions d'embauche plus élevées qu'au trimestre précédent.

Les entreprises de taille moyenne (50 à 250 salariés) sont celles qui affichent les prévisions d'embauche les moins favorables : 12 points de moins qu'au trimestre précédent, et 7 points de moins qu'au deuxième trimestre 2018.
Les grandes entreprises ( plus de 250 salariés) annoncent, quant à elles, des intentions d'embauche en hausse de 2 points par rapport au trimestre précédent, mais en baisse de 4 points sur un an.
Les petites entreprises (11 à 49 salariés) annoncent, quant à elles, des prévisions d'embauche en augmentation de 3 points par rapport au trimestre précédent, tout comme par rapport au deuxième trimestre 2018.

La Croatie, le Japon et la Grèce en tête des prévisions d'embauche

Par rapport au premier trimestre 2018, les intentions d'embauche sont stables ou en progression dans 26 des 44 pays étudiés par ManpowerGroup.

La Croatie arrive en tête du classement avec 34 % des entreprises interrogées qui anticipent une croissance de leurs effectifs. En hausse de 20 points par rapport au trimestre précédent. Le Japon arrive seconde place. 27 % des entreprises interrogées comptent y augmenter leurs effectifs, comme au trimestre précédent. On trouve, en troisième position, la Grèce. 21 % des entreprises prévoient d'augmenter leurs effectifs. Ce chiffre est en hausse de 2 points par rapport au trimestre précédent, et de 6 points en un an.

Dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), après la Grèce, c'est en Croatie que les entreprises interrogées se montrent les plus optimistes. 34 % d'entre elles comptent augmenter leurs effectifs dans ce pays, en progression d'un point sur un an. En revanche, en Hongrie, en Espagne et en Turquie, les entreprises interrogées ne comptent pas augmenter leurs effectifs.

À propos de l'étude

Le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d'emploi pour le 2e trimestre 2019 a été réalisé dans 44 pays et territoires, entre le 16 et le 29 janvier 2019, auprès de plus de 59 000 employeurs issus d'entreprises privées et d'organismes publics, dont 1 002 employeurs en France. L'étude analyse les données obtenues en réponse à une unique question : « Comment anticipez-vous l'évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre, jusqu'à fin juin 2019, par rapport au trimestre actuel ? ».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer