AccueilImmobilierImmobilier : une France coupée en deux

Immobilier : une France coupée en deux

Le réseau Guy Hocquet fait le bilan immobilier de l'année 2013 : « le marché national affiche une baisse de 1,6 % de ses prix au mètre carré, par rapport à 2012. Une légère baisse, entamée depuis la fin 2012, qui se confirme donc sur tout le territoire ».
Immobilier : une France coupée en deux

Immobilier Publié le ,

A court terme, néanmoins, le phénomène ralentit puisque le dernier trimestre 2013 a, au contraire, fait preuve d’une légère remontée des prix au niveau national (+1,3 %).

En province, les prix restent stables et maintiennent leur légère tendance à la baisse, entamée depuis le début de l’année 2012. En moyenne, les biens vendus durant l’année 2013 atteignent, pour le territoire national excepté -l’Ile-de-France-, 1 892 euros le mètre carré. L’écart qui se creuse entre les prix relevés en Province et à Paris ne cesse de s’accentuer, passant de 4 462 euros à 6 100 euros en cinq ans. Un phénomène qui coupe la France en deux marchés, celui des villes dynamiques où la demande reste forte, et celui des zones désertées par les services publics et l’emploi, qui voient leur prix confirmer leur baisse. Une tendance à laquelle s’ajoute celle du recul des primo-accédants, qui confirment leur exclusion non seulement de Paris, mais aussi des centres des grandes villes dynamiques.

A Paris

Le phénomène de baisse généralisée des prix, qui touche le territoire depuis 2012, ne concerne pas la capitale qui reste un marché à part. Ainsi, à Paris, depuis un an, les prix se stabilisent, entamant une légère hausse (de 0,2 % à fin 2013 comparé à fin 2012). Cette hausse connait une légère accélération en fin d’année (+1,2 % au cours du dernier trimestre 2013), confirmant la tendance antagoniste parisienne. Mais attention : il s’agit d’un marché en trompe-l’œil, puisque tenu par les secondo-accédants. Moins nombreux, ils sont aussi ceux qui achètent des surfaces plus importantes, et donc des biens à des prix plus élevés, d’où la progression du prix au m² vendu dans la capitale.

En Ile-de-France

La grande couronne voit ses prix marqués par une légère baisse, tout comme le territoire national (-2 % entre le dernier trimestre 2013 et le dernier trimestre 2012). Cependant, la petite couronne ne suit pas la tendance de la capitale : elle perd -3,8 % sur un an. Une illustration de la baisse de la demande sur ce secteur, et du retrait des primo-accédants, qui viennent s’installer un peu plus loin de la capitale pour trouver des prix plus abordables.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 janvier 2022

Journal du21 janvier 2022

Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?