Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Immersion dans le concours de médiation du CMAP

le - - Droit - Actualité du droit

Immersion dans le concours de médiation du CMAP
© Benoit Le Dévédec - En pleine action, Anne-Sophie Laguens et Laurent Samama jouent les parties qui se déchirent devant la jeune médiatrice Ibtissam Aftisse.

« Cette année, je porte en tant que présidente du CNB, pour vous, futurs avocats, des ambitions en matière de médiation commerciale et plus largement de modes amiables, avec, je l'espère, autant de passion », lance Christiane Féral-Schuhl avant de remettre les prix tant convoités. La tension est palpable après quatre jours de compétition intense. Le verdict tombe. C'est l'équipe de l'EFB Paris qui remporte cette 11e édition du Concours international francophone de médiation CMAP.

Un résultat qui coule de source pour les 250 personnes réunies entre les murs du cabinet d'affaires Latham & Watkins. Venu assisté à des joutes verbales autant qu'à la démonstration de l'efficacité du processus de médiation jeudi 21 mars dernier, le public a pu assister à un beau spectacle.

114 participants motivés

On ne peut que saluer le succès de cette 11e édition du concours de médiation du CMAP auquel ont participé cette année 114 étudiants, 6 coachs, et 94 membres du jury. Une expérience enrichissante tant pour les candidats que pour les acteurs du processus. Seul concours de médiation pour les étudiants, il leur offre l'occasion unique de se confronter à la pratique tout en cultivant un esprit d'équipe.

En effet, le principe veut que les étudiants, en équipes (majoritairement féminines), s'affrontent dans une série de médiations simulées, dans lesquelles ils jouent le rôle du médiateur devant de fausses parties en conflit.

"C'est essentiel pour notre profession que les jeunes avocats soient sensibilisés à la médiation et ce concours permet justement de comprendre de façon très concrète son intérêt."
Maître Marion Barbier, membre du jury de la finale

Les étudiants sont jugés par des professionnels issus des mondes juridique, économique et judiciaire (deux représentants du monde de l'entreprise, avocats, magistrats, juristes, experts-comptables, médiateurs du CMAP, jouant les parties, et un troisième professionnel rompu aux techniques de médiation, observateur du processus).

Christiane Féral-Schuhl, présidente du CNB, remet le premier prix à Hélionor De Anzizu, Héliodore Jougounoux et Jessica Duran aux côtés des organisateurs du concours Jérôme Giannesini et Sophie Henry du CMAP. © Benoit Le Dévédec

Les candidats appliquent ainsi en condition réelle tout ce qu'ils ont appris sur la médiation, lors de sessions d'une heure qui leur réserve des surprises, chaque partie ne sachant pas ce que contient le “script” de l'autre. Les nombreuses failles humaines - émotions, stress, susceptibilité, angoisse, humour, malentendu - entrent alors en scène. Les apprentis médiateurs s'en sortent plus ou moins bien.

« Vous démontrez que la médiation reste avant tout un exercice d'humanité, conduit par des humains, pour des humains », constate la présidente du CNB Christiane Féral-Schuhl.

Ils arrivent parfois à convaincre les membres du jury, soufflés par tant de professionnalisme et de maîtrise technique. Certains chanteront d'ailleurs les louanges du processus à leurs collègues en débriefant ce concours.

Une finale de haut vol

Les deux équipes finalistes ont pu tenir le rôle du médiateur pour le même cas pratique sur un litige commercial maritime opposant Maîtres Anne-Sophie Laguens et Laurent Samama, ravis d'exposer leurs talents cachés de comédien au grand plaisir du public.

Jessica Duran, de l'équipe de l'Ecole des avocats du barreau de Paris (EFB), se jette en scène en première. C'est avec brio qu'elle présente le processus dans le calme et le détail. Son ton enjoué contraste avec la réticence d'une partie et les sarcasmes de l'autre. Elle arrive avec habileté à démêler les problèmes juridiques et le conflit personnel entre le directeur et son ancienne salariée. Mais le conflit s'enlise et les parties mettent la médiatrice en difficulté avec délectation, notamment Laurent Sammama.

Cette dernière ne se laisse pas faire et reformule très bien les reproches, le ressenti des parties, en faisant ressortir l'enjeu : la possibilité d'une issue conciliée pour un futur partenariat business. On note la pertinence de ces questionnements, important dans le barême.

Elle utilise les caucus (ou aparté) pour envisager l'avenir de la relation professionnelle et aborder le volet financier. Un accord de partenariat s'esquisse à l'issue de la séance.

Près de 250 personnes ont fait le déplacement pour assister à la finale du concours. © Benoit Le Dévédec

Ibtissam Aftisse, de l'équipe de l'Ecole des Avocats du Grand Ouest (EDAGO), se lance dans le même exercice avec plus de candeur. Malgré une bonne volonté et de l'éloquence, la candidate se laisse un peu décontenancer et ne parvient pas à recadrer les débats alors que Laurent Sammama amuse l'assemblée.

Au final, l'équipe de la première, composée de Jessica Duran, Hélionor De Anzizu et Héliodore Jougounoux, remporte le concours tandis que celle de la seconde, composée d'Ibtissam Aftisse et Pauline Peramo, prend la deuxième place et que l'équipe de l'Université Paris Nanterre, composée de Baptiste Vergobbi, Servane Rampillon, Ophélie Lacroix et Tiphaine Dubé, termine à la troisième place.

Un processus efficace en plein essor

« Quel que soit le contexte, la médiation consiste toujours à suivre un processus amiable et confidentiel de résolution des différends qui fait intervenir un tiers, le médiateur, pour accompagner les parties dans la recherche d'une solution qu'elles auront construite elles-mêmes », explique Sophie Henry, déléguée générale du Centre de Médiation et d'Arbitrage de Paris (CMAP) qui organise ce concours depuis déjà onze ans.

La médiation permet ainsi de trouver une solution personnalisée, rapide et durable à son litige grâce à l'intervention d'un tiers neutre, en sortant du conflit par le haut.

« Avec la Médiation, les avocats ne sont plus de simples auxiliaires de justice mais deviennent les véritables alliés d'une meilleure justice », considère Laurent Samama.

Ce processus permet surtout de se soustraire à l'aléa judiciaire, au coût et à la longueur d'une procédure. Sa force réside dans son caractère volontaire. Le choix des parties est important car elles affirment vouloir aller de l'avant, ensemble vers la recherche d'une solution.

Au premier rang, Maître Marion Barbier et Sophie Henry, membres du jury, qui ont récemment partagé leur expérience de médiation dans nos colonnes. © Benoit Le Dévédec

De fait, la plupart des médiateurs disent qu'une fois cette option choisie, les parties ont déjà fait la moitié du chemin vers la résolution du conflit. Le médiateur a toutefois un rôle crucial dans le processus de construction de la solution, d'où le besoin de formation.

« La médiation, c'est un bonus. Au mieux, vous allez trouver une solution que vous aurez choisie, au pire vous n'en aurez pas trouvé mais vous reprenez tous vos droits », confie Sophie Henry.

C'est pourquoi il faut en faire la promotion auprès des acteurs du monde judiciaire, du grand public et des dirigeants d'entreprises.

Le Conseil national des barreaux a bien compris l'enjeu et travaille à l'avènement des avocats médiateurs.

« Le CNB est aussi un “agitateur d'actions” pour faire avancer la position des avocats sur la médiation : plateforme de médiation, e-procédure participative, participation aux travaux du Club des juristes », explique Christiane Féral-Schuhl, qui soutient le concours depuis le début.

Le médiateur n'est ni un juge, ni un arbitre, mais plutôt un « facilitateur », un « intermédiaire », un « catalyseur » ou encore un « réconciliateur ». Les spectateurs de ce concours peuvent témoigner que les élèves-avocats ont tous les attributs pour endosser ce rôle.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer