AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisÎle-de-France Mobilités vent debout contre la disparition des départements

Île-de-France Mobilités vent debout contre la disparition des départements

À l'heure où une réforme territoriale se précise, le conseil d'administration d'Île-de-France Mobilités demande au Gouvernement de ne pas donner suite au projet préfectoral de suppression des départements.
Île-de-France Mobilités vent debout contre la disparition des départements
© wikimedia commons

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Pour l'ex-Stif, l'intervention des départements franciliens dans le système de transports collectifs est incontournable. Ils participent notamment au financement du fonctionnement d'Île-de-France Mobilités et assurent des services de transports locaux et des politiques tarifaires utiles aux usagers. Gestionnaires des routes, les départements accompagnent par ailleurs la réalisation de grands projets de transport et en assurent même parfois la maîtrise d'ouvrage.

Comme le souligne Île-de-France Mobilités, « Au-delà de leurs compétences légales, les départements participent au financement de très nombreux projets de transports collectifs récents ou en cours, à l'image des prolongements des lignes M4, M11, M12, M14, T1 à l'Est, T1 à l'Ouest, T4, T5, T6, T7, T8, du RER E à l'ouest, de la création du T9, T10, T11, T12, T13, du Câble A – Téléval, de gares et pôles multimodaux, de bus en site propre et TZen… »

Abandon de projets

Pour l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France, « La disparition des départements entraînerait l'abandon de très nombreux projets, faute de financement, et la désorganisation générale de l'action publique. Par ailleurs, ni l'État ni la Région ne pourraient assurer la reprise des apports financiers importants des départements à ces projets. D'ailleurs, faute d'étude d'impacts, ces aspects semblent oubliés des réflexions hasardeuses des technocrates, alors même que l'avenir des transports de notre région est en jeu. »

Enfin, comme le précise Île-de-France Mobilités, « la disparition des départements emporterait avec elle les mesures tarifaires spécifiques à chaque département (Améthyste, PAM, Imagin'R…) », mais aussi la disparition d'une recette substantielle de son budget de fonctionnement. Ces deux impacts conjugués impliqueraient certainement, selon elle, « un coup de bambou tarifaire immédiat pour tous les usagers des transports publics ».

Voilà comment l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France démontre que l'hypothèse de la suppression des départements n'est ni crédible ni un atout pour les Franciliens. Pour elle, « se priver des départements, ce serait se priver durablement de dizaines de projets de transport utiles qui concourent au rayonnement du Grand Paris et à l'amélioration du cadre de vie. Alors que l'amélioration des transports collectifs et le pouvoir d'achat sont des préoccupations majeures des Franciliens, nul ne comprendrait que la suppression des départements puisse se faire et ainsi porter un coup douloureux au développement de la région et à leur porte-monnaie ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?