AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisIle-de-France Mobilités et la RATP renouvellent leur contrat

Ile-de-France Mobilités et la RATP renouvellent leur contrat

Ile-de-France Mobilités et la RATP ont approuvé dernièrement le nouveau contrat qui doit les lier sur la période 2021-2024, visant une "amélioration de la qualité du service rendu", et plus exigeant que le précédent en matière de ponctualité.
Ile-de-France Mobilités et la RATP renouvellent leur contrat
© DR

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

« C'est un contrat historique, parce qu'on attend 21,2 milliards d'euros de subventions sur quatre ans », a précisé la présidente d'Ile-de-France Mobilités, Valérie Pécresse. Par ailleurs, «nous demandons à la RATP un effort de productivité », puisque la subvention d'exploitation annuelle baissera de 3 %, pour atteindre 4,5 milliards en 2024, a-t-elle ajouté devant des journalistes.

« C'est un contrat qui ne sacrifie en rien les intérêts des salariés même si c'est un contrat qui leur demande plus, cette subvention étant indexée sur l'indice du salaire des transports augmenté de 0,5 point », a-t-elle précisé. Elle met en avant « une culture client renforcée », avec un dispositif d'amélioration de la qualité de service et des incitations et des pénalités financières reposant sur la performance de l'opérateur.

Valérie Pécresse a cité comme priorités la régularité, l'information des voyageurs, leur satisfaction, la lutte contre la fraude, la lutte contre les tags... Le nouveau contrat envisage comme pour les trains de banlieue de la SNCF un quadruplement des bonus possibles pour la RATP en cas de bons résultats, ainsi que des malus si les choses se passent mal, à 100 millions d'euros par an. Les enquêtes de satisfaction des voyageurs vont représenter le quart des critères pris en compte.

Le texte prévoit aussi, comme pour la SNCF, des remboursements automatiques des passes Navigo en cas de mauvaise ponctualité sur une branche du RER. Par ailleurs, la compagnie publique devra rembourser systématiquement les voyageurs si le service minimum n'est pas réalisé en cas de grève. La PDG de la RATP Catherine Guillouard a qualifié le contrat de « novateur et stratégique », relevant qu'il prépare « de façon structurée l'ouverture à la concurrence ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

Journal du 02 septembre 2022

Journal du02 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?