AccueilEntrepriseVie des entreprisesIA et mise en conformité RGPD

IA et mise en conformité RGPD

Sans surprise, une des utilisations de l'IA très en vogue en entreprise est un sujet juridique : la mise en œuvre du nouveau règlement général européen sur la protection des données personnelles, le fameux RGPD.
Plusieurs sociétés ont développé des solutions d'IA pour accompagner la mise en conformité avec le RGPD.
© A.P. - Plusieurs sociétés ont développé des solutions d'IA pour accompagner la mise en conformité avec le RGPD.

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Plusieurs sociétés ont développé des solutions intégrant des algorithmes accompagnant la mise en conformité avec cette nouvelle législation. L'IA peut en effet se révéler être un outil très efficace pour catalyser le pilotage de la mise en œuvre d'une politique de gouvernance et de protection des données à caractère personnel.

Chez Umanis, l'une des principales entreprises françaises de services spécialisés dans le digital, une équipe hétéroclite composée d'une vingtaine de professionnels (juristes, architectes en sécurité des données, ingénieurs data, business analystes…) propose ce type d'outils. Elle travaille en partenariat avec le célèbre cabinet d'avocats Lexing, dirigé par Alain Bensoussan.

« Il est certain que les entreprises manquent aujourd'hui d'outillage pour gérer leurs données », selon Arnaud de Chambourcy, consultant expert du RGPD d'Umanis. « Nous utilisons l'IA à trois moments dans la mise en conformité : pour aider à construire un registre des données, pour sécuriser leur traitement et pour détecter les data breech », explique-t-il.

Les algorithmes sont ainsi à même de détecter les fraudes et autres intrusions dans les systèmes d'information beaucoup mieux que les humains. Les IA d'analyse sémantique sont aussi capables de prévenir et d'alerter les salariés qui transmettent des données sensibles par e-mail. L'IA est alors une sorte de DPO augmenté.

« Elle offre une pré-analyse de risque permettant à un novice de savoir s'il peut continuer ou bien demander au DPO de valider ce traitement de donnée », souligne l'expert.

De con côté, QuidIA vient enrichir le paysage des legaltechs. Créée en avril 2018 à Toulouse par le cabinet ALTIJ , elle a pour ambition de développer des chatbots juridiques à destination des entreprises et des particuliers.

Sa première solution accompagne les entreprises dans leur mise en conformité au RGPD, et permet d'assister les directions, les RH et les DPO, et de sensibiliser le personnel aux enjeux liés à la protection des données.

« Si à ce jour, QuidIA répond aux interrogations des différents interlocuteurs face au RGPD, à terme notre volonté est de proposer plusieurs thématiques : patrimoine, succession, propriété intellectuelle… Avec QuidIA, nous souhaitons pouvoir apporter une information de premier niveau qui s'appuiera sur l'expertise judiciaire et juridique dans les technologies avancées et le droit des affaires du cabinet ALTIJ », confie France Charruyer, associée fondatrice du cabinet.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?